1 min de lecture Les Républicains

Patrick Buisson aurait touché plus de 600.000 euros en jouant les intermédiaires pour l'UMP

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Élysée aurait touché 667.000 euros pour avoir mis en relation l'UMP avec un imprimeur.

Patrick Buisson le 15 octobre 2012 à Paris (archive).
Patrick Buisson le 15 octobre 2012 à Paris (archive). Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin
Journaliste

C'est une juteuse affaire qu'ont découvert les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance économique, qui continuent leurs investigations dans le cadre de l'affaire des sondages de l'Élysée, pour laquelle l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy pendant son mandat présidentiel est déjà mis en examen.

Officiellement, rapporte, L'Obs, Patrick Buisson aurait joué les "rapporteurs d'affaire". L'histoire commence à la fin de l'année 2006. La campagne présidentielle s'amorce et l'homme, qui est à l'époque conseiller de l'ex-UMP, démarche une de ses villes connaissances, Gilles Caron, de la société Roto Press Numeris, un homme qui déjà avant 2005 travaillait pour la droite. En 2007, le couperet tombe : deux imprimeurs sont choisis. Parmi eux, Gilles Caron, qui signe un contrat de 2,6 millions d'euros pour imprimer les affiches et les tracts de l'élection. Patrick Buisson, l'entremetteur, touche 239.200 d'euros. En 2009, pour les élections européennes, il gagne 69.368 euros et en 2012, il empoche 358.800 euros.

Les deux sociétés de Patrick Buisson, Publifact et Publi-opinion récoltent donc au total 667.000 euros. Des contrats plus qu'avantageux pour l'homme, qui fut qualifié "d'éminence grise" du président Sarkozy.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Patrick Buisson UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants