1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Paris : la permanence d'une députée LaREM proche de Cédric Villani vandalisée
1 min de lecture

Paris : la permanence d'une députée LaREM proche de Cédric Villani vandalisée

La députée de Paris Anne-Christine Lang a publié lundi 3 février sur Twitter des clichés de la vitrine saccagée de sa permanence.

La députée La République en Marche de Paris Anne-Christine Lang
La députée La République en Marche de Paris Anne-Christine Lang
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

"Continuez comme ça les gars. Venez nous parler de dictature." Anne-Christine Lang, députée La République en Marche (LaREM) de la 10e circonscription de Paris, a poussé un cri de colère sur Twitter, lundi 3 février 2020, après avoir constaté des dégradations conséquentes sur sa permanence installée dans le XIIIe arrondissement de la capitale. 

Vitrines brisées, éclats de verre au sol... Celle qui revendique son soutien à Cédric Villaniexclu du parti présidentiel après avoir maintenu sa candidature aux Municipales de 2020, a accompagné son post de clichés qui se passent de tout commentaire.

Contactée par nos confrères de France 3 Île-de-France, l'équipe de l'élue assure que les faits se sont "vraisemblablement" déroulés dans la nuit du dimanche au lundi. "Les personnes qui ont dégradé la vitre semblent avoir cherché à s'introduire dans la permanence. Mais on avait installé un film anti-casse sur la vitre, qui a tenu. Ils ont dû partir très vite", indique un proche d'Anne-Christine Lang.

"Tout mon soutien Anne-Christine"

La majorité n'a pas tardé à apporter son soutien à la députée, à l'image de Stanislas Guerini. "Tout mon soutien Anne-Christine, de telles actions sont inadmissibles en démocratie", a réagi le délégué général de LaREM. "Les actes de vandalisme sont incompatibles avec le dialogue démocratique", a abondé Pierre-Yves Bournazel, député UDI de Paris et soutien affiché de Benjamin Griveaux aux Municipales.

À lire aussi

Fin août 2019, des permanences de députés ou des locaux du parti présidentiel ont été emmurés, tagués, voire saccagés après la ratification à l'Assemblée nationale le mois dernier du Ceta, traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, suscitant une condamnation de l'ensemble de la classe politique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/