1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Outre-mer : Annick Girardin a conditionné son maintien au gouvernement
1 min de lecture

Outre-mer : Annick Girardin a conditionné son maintien au gouvernement

CONFIDENTIELS RTL - La ministre des Outre-mer a passé un contrat tacite avec le nouveau président de la République.

Annick Girardin et Emmanuel Macron, le 12 septembre 2017 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe
Annick Girardin et Emmanuel Macron, le 12 septembre 2017 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe
Crédit : AFP / CHRISTOPHE ENA
Outre-mer : Annick Girardin a conditionné son maintien au gouvernement
02:52
Outre-mer : Annick Girardin a conditionné son maintien au gouvernement
02:48
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Annick Girardin a la particularité d'être, avec Jean-Yves Le Drian, la seule membre du gouvernement à avoir été aussi ministre sous François Hollande - elle l'est exactement depuis l'arrivée de Manuel Valls à Matignon, en 2014. Elle a donc hésité (cela s'est su) à rempiler au mois de mai 2017, lorsqu'Emmanuel Macron en personne lui a proposé de se charger des Outre-mer. Un dossier qui lui tient pourtant à cœur, puisqu'elle est députée de Saint-Pierre-et-Miquelon depuis 2007. Ce n'est donc qu'après une discussion de fond avec celui qui était son ancien collègue de gouvernement qu'elle l'a fait. Mais à l'entendre, le contrat passé entre Emmanuel Macron et elle est très clair. "J'ai tout de suite dit que je ne resterais pas cinq ans", confie-t-elle.

Elle n'a pas fixé de date de départ, mais ses raisons sont avant tout personnelles. C'est ce que dit Annick Girardin. Pour autant, son rendez-vous déterminant est, lui, lié au dossier dont elle a la charge. Si les assises de l'Outre-mer - qu'elle a lancées le 4 octobre dernier, et qui doivent durer jusqu'au printemps prochain - ne trouvent pas la "traduction budgétaire" qu'elle attend (au moins sur le plan de la trajectoire) d'ici à fin 2019, alors elle n'hésitera pas à partir. C'est ce qu'elle confie.

À noter qu'Annick Girardin assure par ailleurs ne pas du tout avoir été gênée par la petite phrase d'Emmanuel Macron en Guyane ("Je ne suis pas le père Noël, parce que les Guyanais ne sont pas des enfants"). "C'était le discours et la ligne que j'attendais", explique la ministre, qui ajoute : "Je passe mon temps à dire, moi, que je ne suis pas la mère Noël".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/