1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Ordonnances : "La première grande bataille politique du quinquennat", selon Duhamel
1 min de lecture

Ordonnances : "La première grande bataille politique du quinquennat", selon Duhamel

ÉDITO - Emmanuel Macron sort de sa diète médiatique estivale pour s'exprimer, le jour même où Édouard Philippe et Muriel Pénicaud vont présenter les ordonnances qui doivent réformer le Code du Travail.

Pour sa communication, Emmanuel Macron change tout à la rentrée
Pour sa communication, Emmanuel Macron change tout à la rentrée
Crédit : CHRISTIAN LIEWIG / POOL / AFP
Ordonnances : "La première grande bataille politique du quinquennat" - L'édito d'Alain Duhamel
03:18
"C'est la première grande bataille politique du quinquennat", selon Duhamel
03:22
Alain Duhamel & La rédaction numérique de RTL

Après une cure de silence très remarquée, Emmanuel Macron renoue avec une communication plus classique. "C'est une correction de trajectoire caractéristique", estime l'éditorialiste de RTL Alain Duhamel. Quand il est rentré à l'Élysée, "le Président a théorisé (...) la parole rare pendant l'été. On l'a beaucoup vu, il y a eu énormément d'images, mais il n'y a pas eu le son. Il avait réinventé le cinéma muet", note l'éditorialiste .

En effet, le président de la République a donné une interview fleuve à l'hebdomadaire Le Point. Plus de 15 pages à paraître ce jeudi 31 août. Il a aussi fait savoir qu'il reviendra à la radio et à la télévision. "Et en même temps, il demande la même chose à son Premier ministre et aux membres du gouvernement, alors que beaucoup s'étaient très peu exprimés", explique le journaliste.

Selon lui, il y a plusieurs explications à ce changement de méthode. La baisse de popularité dans les sondages, une série d'erreurs dans la communication, et l'enjeu du 31 août. "Demain, c'est la première grande bataille politique du quinquennat qui commence", avance Alain Duhamel au sujet de la présentation des ordonnances pour réformer le Code du Travail.

Autre signe d'une rupture dans sa stratégie de communication : la nomination de Bruno Roger-Petit comme porte-parole de l'Elysée. Un journaliste, choisi pour occuper un poste dont le profil souhaitable est  "de nature bienveillante et ouverte (...) modeste, et tout sauf sectaire car il s'agit d'une position d'accueil', conclut Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/