2 min de lecture Polémique

ONU : "Trump-Macron, c'est l'Amérique d'abord contre la France ouverte"

ÉDITO - Tout oppose Emmanuel Macron et Donald Trump, et cela s'est encore vu mardi 19 septembre à la tribune des Nations-Unies. Petit jeu des différences.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Trump-Macron, c'est l'Amérique d'abord contre la France ouverte" Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Emmanuel Macron a vécu son baptême du feu à l'assemblée des Nations-Unies, mardi 19 septembre à New York. Le président français s'exprimait après Donald Trump à la tribune. Au-delà des deux discours, il est intéressant de regarder toute la séquence américaine qui vient de se dérouler. La veille, il y a eu une rencontre en tête à tête plus "décontractée" entre les deux hommes. Disons qu'à ce moment-là, on était plutôt dans la diplomatie de la séduction. On était aussi dans la continuité de la visite de Donald Trump à Paris.

Le président américain en a encore fait des tonnes sur le 14 juillet qu'il a vécu sur les Champs-Élysées l'été dernier : "C'était formidable tout ce déploiement de l'armée, cette puissance militaire de ce pays ami !". À tel point que Donald Trump souhaite lui aussi instaurer un défilé militaire pour la fête nationale américaine le 4 juillet. Il a déjà prévu de le faire sur Pennsylvania Avenue, à Washington. Donald Trump a joué la grande scène du 28 au président français. Mais le lendemain, lors des discours, la tonalité était toute autre.

C'était frontal de la part de Donald Trump. Mais Emmanuel Macron n'a pas été conciliant non plus, que ce soit sur l'accord climat, sur le nucléaire iranien ou le dossier nord-coréen. Le président français a fait valoir ses positions, loin de la surenchère de son homologue américain qui n'a pas dit un mot du climat dans son discours (comme si les vents ne s'étaient pas déchaînés sur les États-Unis et sur les Antilles) et qui a menacé de faire disparaître "totalement" la Corée du Nord de la carte du monde.

De l'élan et du mordant chez Macron

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Donald Trump n'a pas fait dans la dentelle. Mais surtout, ce n'était pas un discours pour les Nations-Unies. C'était un discours pour les Américains, enfin ceux qui ont voté pour lui, sans recul sur le monde. Face à cette joute, Emmanuel Macron est apparu comme l'antithèse de Trump : pas agressif, mais intransigeant. Disons que c'était la virulence contre l'apaisement, l'Amérique repliée contre la France solidaire, l'unilatéralisme contre le multilatéralisme. L'Amérique d'abord contre la France ouverte.

À lire aussi
Gérard Collomb, le maire de Lyon port du voile
Port du voile : Gérard Collomb favorable à l'éducation plus qu'à une loi

Là ou Emmanuel Macron a été assez habile, c'est lorsqu'il a convoqué dans son discours "la voix des oubliés". Ousmane, Kouamé, Jules... Tous ces enfants victimes des crises - terroriste, climatique et migratoire - que l'on ne peut pas combattre seul, où "la loi du plus fort" ne peut rien. Les mauvaises langues diront que le Président s'est laissé emporter par son lyrisme habituel. Dans son discours, il y avait à la fois de l'élan et du mordant.

Emmanuel Macron a surtout voulu montrer qu'il était le représentant d'un vieux pays, d'un vieux continent et de "ses valeurs". Et que même si ça ne fait pas bouger Trump d'un iota, les valeurs que portent la France restent modernes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Emmanuel Macron Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants