1 min de lecture Front national

Municipales à Vénissieux : soupçons de "faux candidats" pour une liste de l'extrême droite radicale

Le parquet de Lyon a été saisi pour déterminer si une liste de l'extrême droite radicale à Vénissieux (Rhône) menée par deux anciens membres du FN présente de "faux candidats".

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, ici à Paris le 28 octobre 2013, se présentent aux municipales à Vénissieux.
Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, ici à Paris le 28 octobre 2013, se présentent aux municipales à Vénissieux. Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Ce mercredi, Marine Le Pen avait demandé l'invalidation de cette liste de "parasites" du FN. Plusieurs médias avaient révélé ces derniers jours la présence pour compléter la liste "Vénissieux Fait Front" de personnes âgées incitées à s'inscrire sur cette liste sans en avoir compris l'orientation extrémiste. Outre les témoignages recueillis dans la presse, "des lettres de personnes figurant sur la liste semblent corroborer cet état de fait", a expliqué ce vendredi la préfecture avant de rappeler qu'il appartiendra au parquet d'y voir une éventuelle "infraction pénale".

La liste, déposée ce lundi, a respecté "les formalités nécessaires" au regard du code électoral, mais la préfecture a informé le président du tribunal administratif "des conditions particulières" de son dépôt. Il appartiendra à la justice administrative "de prendre toute mesure" jugée utile en référé ou, "si cette liste est maintenue", d'apprécier après l'élection "l'incidence des candidatures incriminées sur ce scrutin", précise la préfecture.

Deux anciens élus FN exclus en 2011

Alexandre Gabriac et Ivan Benedetti se présentent toujours comme les "chefs des Jeunesses Nationalistes et de l’Oeuvre Française", deux groupuscules dissous à l'été 2013. Ils figurent respectivement en troisième et première positions sur cette liste. Ivan Benedetti avait été élu en 2008 à Vénissieux sous l'étiquette du FN, dont il avait été exclu en 2011 - pour s'être qualifié lui-même sur internet d'antisioniste, antisémite et antijuif - avant de prendre la tête de l'OEuvre Française, ouvertement pétainiste.

Alexandre Gabriac, élu conseiller régional FN en 2010 avant d'être exclu du parti pour un salut nazi, s'était inscrit en fin d'année sur les listes électorales de Vénissieux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Rhône Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants