2 min de lecture Élections municipales

Municipales 2020 : comment la majorité veut reconquérir ses électeurs de gauche

À un an des municipales, comment faire pour renouer le lien ? Un idée a émergé dans les rangs du gouvernement : créer un "Agir" (mouvement macron-compatible de droite) mais de gauche.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Municipales 2020 : comment la majorité veut reconquérir ses électeurs de gauche Crédit Image : JOHN THYS / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

Deux ans après son arrivée à l’Élysée le chef de l’État peut se targuer d’avoir, au moins provisoirement, "siphonné" une bonne partie des électeurs des Républicains. Mais l’électorat de gauche, lui, ne s’y retrouve plus. Alors comment faire pour renouer le lien à moins d’un an des élections municipales ? Une idée a fait son petit bonhomme de chemin : la création d’un "Agir" de gauche. 

Agir, c’est ce mouvement présidé par le ministre de la Culture, Franck Riester, qui compte notamment une poignée de députés venus de la droite, des députés macron-compatibles, qui votent la plupart des textes du gouvernement, sans pour autant avoir rejoint les rangs de LaREM

Et c’est donc le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui songe à créer l’équivalent, à gauche, avec l’aide de deux anciens camarades socialistes : les ministres de l’Agriculture et de la Fonction publique, Didier Guillaume et Olivier Dussopt. Dans leur viseur, en priorité : les élus et candidats des villes de 10 à 30.000 habitants. Il s’agira selon eux d’un "outil d’élargissement" politique, dans une "logique de coalition", rien d’autre. Traduisez : n’allez pas y voir une nouvelle division de la majorité. "Pas de fractionnisme ! Rien contre le Premier ministre !", met en garde Olivier Dussopt. 

Des réticences du côté de l'aile droite de la majorité

S’ils prennent autant de précautions et se défendent de "tailler des croupières" à LaREM, c’est qu’ils le savent : "Ça tique, à droite" comme me l’a confié un cadre du parti. Certains ministres et députés venus des Républicains ne voient pas l’initiative d’un très bon œil. "Le raisonnement qui consiste à dire on a récupéré trop de voix à droite, il faut basculer à gauche, il ne marche pas. Sinon Rennes et Lille ne voteraient pas pour nous", analysait par exemple un membre du gouvernement au lendemain des européennes. 

À lire aussi
Cédric Villani, le 9 septembre 2019 élections municipales
Municipales à Paris : Villani "déterminé à aller jusqu'au bout", malgré les critiques de Macron

Et d’ajouter : "Notre dorsale politique est installée. Notre ligne, elle doit être plus sociale, pas plus socialiste. Ce sont les classes populaires qui nous manquent". Et de pointer, l’air de rien : "Ni Le Drian, ni Guillaume, ni Florence Parly (ministre des Armées) n’ont adhéré à LaREM". Comprenez, à gauche, au gouvernement, on n’est peut être pas assez téméraire...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales La République En Marche Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797729362
Municipales 2020 : comment la majorité veut reconquérir ses électeurs de gauche
Municipales 2020 : comment la majorité veut reconquérir ses électeurs de gauche
À un an des municipales, comment faire pour renouer le lien ? Un idée a émergé dans les rangs du gouvernement : créer un "Agir" (mouvement macron-compatible de droite) mais de gauche.
https://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-2020-comment-la-majorite-veut-reconquerir-ses-electeurs-de-gauche-7797729362
2019-05-31 08:17:08
https://cdn-media.rtl.fr/cache/44NzONkghVubQVMvCevHMw/330v220-2/online/image/2018/1205/7795822233_jean-yves-le-drian-le-4-decembre-2018.jpg