2 min de lecture Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : sa fille Claude, l'autre éminence grise du clan

PORTRAIT - La cadette de Jacques et Bernadette régnait sans partage sur la communication de son père, qu'elle a verrouillée dans ses derniers instants.

Claude Chirac, à Paris en novembre 2015.
Claude Chirac, à Paris en novembre 2015. Crédit : Jacques BRINON / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Jacques et Bernadette avaient deux filles naturelles (le couple avait également adopté une fille, Anh Dao Traxel, ndlr) : Laurence et Claude. La première a été protégée voire cachée par le clan, la seconde a elle-même protégé sa famille en verrouillant notamment la communication de son père.

"Notamment depuis l'époque de la Mairie de Paris à la fin des années 1980. Jacques Chirac a aussi été protégé par sa femme, Bernadette, qui elle non plus n'est pas en très bonne santé. C'est une culture familiale"expliquait sur RTL au lendemain de la mort du chef de l'État la journaliste du Monde Béatrice Gurrey, auteur du livre Les Chirac : secret du clan.

La famille Chirac ne parlait jamais de l'aînée, Laurence, atteinte d'anorexie mentale, décédée à l'âge de 58 ans le 14 avril 2016. Elle est toujours restée dans l'ombre, en-dehors de la sphère publique et politique de ses parents, contrairement à sa sœur Claude. C'est en 1989 que cette dernière, alors âgée de 27 ans, rejoint son père à la Mairie de Paris en tant que spécialiste de la communication.

Indispensable, elle aide son père à gravir les marches

Devenue rapidement indispensable, elle participe à montée en puissance de Jacques Chirac. Elle devient sa conseillère en communication en mai 1995, lorsque son père est élu président de la République. Un rôle qu'elle a tenu jusqu'à la fin de son deuxième mandat, en 2007. 

Elle a même réussi à éclipser sa mère Bernadette, reléguée dans l'ombre. Devenue au fil du temps "la gardienne du temple chiraquien", comme l'écrit Le Parisien, ces dernières années, c'est elle qui rassurait les médias sur l'état de santé de ses parents, tout en se gardant d'évoquer la maladie de son père. Claude était un véritable soutien pour eux : Le Figaro Madame indique ainsi qu'elle "se rendait chez eux tous les jours, arrivant dans la matinée et repartant tard le soir".

Les bavards impitoyablement écartés

À lire aussi
Messe de funérailles de Jacques Chirac en l'église Saint-Sulpice à Paris le 30 septembre 2019 église
Jacques Chirac : les coulisses de la cérémonie d'hommage

La fille adoptive du couple, Anh Dao Traxel, aurait d'ailleurs fait les frais de celle qui s'était érigée en rempart. Ayant déjà des relations compliquées avec Claude et Bernadette Chirac, a-t-elle été éloignée du clan ces dernières années après avoir révélé la maladie de son père ? "C'est vrai qu'elle a un peu parlé à tort et à travers", confie la journaliste Béatrice Gurrey. "Les très proches, lorsqu'ils racontaient le moindre détail de la vie de Jacques Chirac, étaient impitoyablement écartés par Claude Chirac", rappelle-t-elle.

Avant l'annonce officielle, cela faisait trois jours que la rumeur de la mort de Jacques Chirac courait. Claude et son mari ,Frédéric Salat-Baroux, n'ont cessé de la démentir. Jusqu'au bout, ils auront maîtrisé sa communication. C'est difficile à croire, mais ses anciens proches collaborateurs ont appris la mort de Jacques Chirac en même temps que tous les Français, jeudi 26 septembre, peu avant midi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jacques Chirac Mort de Chirac Bernadette Chirac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants