2 min de lecture Détournement de fonds publics

Montauban : condamnée à cinq ans d'inéligibilité, la maire doit quitter son poste

Condamnée à 5 ans d'inéligibilité et 15.000 € d'amende pour détournement de fonds publics, Brigitte Barèges perd son mandat de maire de Montauban, auquel elle avait accédé en 2001.

Brigitte Barèges, maire (LR) de Montauban le 4 mars 2015.
Brigitte Barèges, maire (LR) de Montauban le 4 mars 2015. Crédit : REMY GABALDA / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Un nouveau scandale vient ternir l'image des politiques. La maire Les Républicains (LR) de Montauban, Brigitte Barèges, a été condamnée à cinq ans d'inéligibilité avec effet immédiat par le tribunal correctionnel de Toulouse, dans une affaire de détournement de fonds publics. L'élue devra rapidement quitter son poste.

Alors qu'une peine d'inéligibilité avec effet immédiat d'un maire en exercice est relativement rare, cette décision prendra effet après notification du préfet. Maire depuis 20 ans de Montauban, préfecture du Tarn-et-Garonne, Brigitte Barèges a en outre été condamnée à 12 mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende. Elle était absente lors du jugement.

Lors de l'audience, le jeudi 10 décembre 2020 à Toulouse, le procureur Laurent Couderc avait requis cinq ans d'inéligibilité avec application immédiate et 18 à 24 mois de prison avec sursis contre elle. Le procureur avait pointé un "dévoiement de l'utilisation des fonds publics" dans une "totale opacité".

"C'est dur, parce que cinq ans d'inéligibilité avec exécution provisoire, ça veut dire que c'en est fini avec ce mandat qui démarre à peine", avait déclaré en décembre Brigitte Barèges au terme d'une audience qui avait duré plus de 12 heures. Elle avait également affirmé faire "confiance à la justice" et espérer une relaxe, comme l'avaient plaidé ses avocats. 

Montauban tourne une page débutée en 2001

À lire aussi
justice
Jihadistes en Irak : "La France avait la compétence pour les juger", estime Brisard

Au cours de l'audience, elle avait reconnu un manque de "rigueur", voire une certaine "confusion", tout en niant catégoriquement tout détournement de fonds publics. L'affaire, où elle était la principale mise en cause, se déroule entre 2012 et 2014. À l'époque, Brigitte Barèges est à la fois maire de Montauban et candidate à sa réélection aux municipales.

Son ancien chargé de communication Jean-Paul Fourment, évincé de son poste à la suite d'une procédure disciplinaire, indique à la justice avoir été payé par la collectivité pour écrire des articles élogieux à l'égard de Brigitte Barèges dans Le Petit Journal, une publication locale.

En 2015, la maire et ancienne députée est mise en examen pour "détournement de fonds publics par personne dépositaire de l'autorité publique ou investie d'une mission de service public". Brigitte Barèges avait remporté la mairie en 2001, mettant fin à 36 ans de pouvoir socialiste, après une campagne axée sur la lutte contre la corruption et l'insécurité. Connue pour ses propos jugés homophobes et xénophobes, Brigitte Barèges a toujours nié les faits reprochés dans ce dossier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Détournement de fonds publics Montauban Maires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants