2 min de lecture Guerre d'Algérie

Maurice Audin : Emmanuel Macron demande "pardon" à sa veuve

Le président "reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l'avaient arrêté à son domicile", le 11 juin 1957.

Emmanuel Macron et Michèle Audin, la fille de Maurice et Josette Audin, le 13 septembre 2018
Emmanuel Macron et Michèle Audin, la fille de Maurice et Josette Audin, le 13 septembre 2018 Crédit : Thomas SAMSON / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et AFP

"La seule chose que je fais, c'est reconnaître la vérité". Cette phrase est signée Emmanuel Macron. Le président de la République a remis une déclaration à la veuve de Maurice Audin. Ce militant communiste, disparu en 1957, est décédé sous la torture. Un "système légalement institué" en Algérie par la France, a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a demandé "pardon" à Josette Audin. "C'est à moi de vous demander pardon, donc vous ne me dites rien. On restaure un peu de ce qui devait être fait", lui a dit le chef de l'État, lorsque celle-ci a voulu le remercier pour cette déclaration à son domicile de Bagnolet. 

Le président de la République a aussi tenu à saluer le combat de cette épouse. "Vous n'avez jamais cédé pour faire reconnaître la vérité. La seule chose que je fais, c'est la reconnaître", a-t-il ajouté. 

À lire aussi
Une médaille de la Légion d'honneur (illustration) guerre d'Algérie
Macron promeut 26 harkis dans les ordres de la Légion d'honneur et du Mérite

L'ouverture des archives 2013

La disparition de Maurice Audin est l'une des plus mystérieuses de la guerre d'Algérie. Le 11 juin 1957, cet assistant de mathématiques à la faculté d'Alger et membre du Parti communiste algérien, suspecté d'aider le FLN, était arrêté, probablement par des parachutistes du général Jacques Massu, pendant la bataille d'Alger. Sa trace était perdue dix jours plus tard. 

Aucune explication officielle ne sera donnée sur la disparition de ce père de trois enfants, si ce n'est "son évasion au cours d'un transfert". Sa femme Josette a déposé plainte contre X pour homicide volontaire à Alger et un comité de soutien s'est constitué autour d'elle. Les défenseurs d'Audin devront attendre 2013 pour obtenir une première victoire avec l'ouverture des archives concernant l'affaire décidée par François Hollande

Une longue bataille

La veuve de Maurice Audin a déclaré qu'elle ne "pensai(t) pas" voir arriver la reconnaissance par Emmanuel Macron que son mari, disparu en 1957, "est mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France". Est-ce un grand jour pour Josette Audin ? "Je ne sais pas quoi pas vous dire, je vais vous dire oui mais c'est aussi non, il y a les deux", a-t-elle soufflé. 

Pierre, l'un des fils du mathématiciens, a indiqué : "Depuis très longtemps, ma mère se bat pour que (cette reconnaissance par l'État ndlr) arrive. On espérait bien que ce n'était pas une bataille vaine, même si ça a été une bataille vraiment longue. Dans sa vie, ma mère a eu à gérer, et le combat et trois gamins". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guerre d'Algérie Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794773568
Maurice Audin : Emmanuel Macron demande "pardon" à sa veuve
Maurice Audin : Emmanuel Macron demande "pardon" à sa veuve
Le président "reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l'avaient arrêté à son domicile", le 11 juin 1957.
https://www.rtl.fr/actu/politique/maurice-audin-emmanuel-macron-demande-pardon-a-sa-veuve-7794773568
2018-09-13 16:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nTMHkKgAQt0bpelr_o67pA/330v220-2/online/image/2018/0913/7794774001_emmanuel-macron-et-josette-audin-le-13-septembre-2018.jpg