2 min de lecture Alexandre Benalla

Affaires, mariage, ses liens avec Macron : Benalla donne de ses nouvelles

L'ancien collaborateur de l'Élysée s'est confié à plusieurs médias sur sa nouvelle vie, un an après le déclenchement de ce qui est devenu "l'affaire Benalla".

Alexandre Benalla, le 21 janvier 2019
Alexandre Benalla, le 21 janvier 2019 Crédit : Alain JOCARD / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Il y a presque un an jour pour jour, "l'affaire Benalla" commençait, lancée par les révélations du Monde concernant les agissements d'Alexandre Benalla, alors collaborateur d'Emmanuel Macron, lors du 1er mai 2018. S'en sont suivi de nombreux rebondissements, et un passage par la case prison. 

Mais aujourd'hui, Alexandre Benalla est bien loin de tout cela. Dans une longue interview accordée au Nouvel économiste, il évoque notamment la création de sa nouvelle société basée en Afrique, baptisée Comya et spécialisée dans le conseil et la sécurité. "J'avais la volonté de devenir entrepreneur pour concilier mes trois passions : l'aventure, la sécurité et l'intelligence économique, et l'Afrique", explique-t-il à nos confrères.

Comya a pour but de "faciliter l'implantation d'entreprises étrangères en Afrique en leur garantissant une information fiable qui épargne les mauvaises surprises et réduit les risques d'échec". Et pour son nouveau projet, Alexandre Benalla ne cache pas ses ambitions : il vise un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2019. "Depuis la fin de l'année dernière, la société s'est implantée au Nigeria, au Maroc et j'envisage d'ouvrir une antenne européenne", poursuit-il.

Il vit entre Paris et Marrakech

Côté vie privée, Alexandre Benalla vit entre un studio d'Argenteuil en banlieue parisienne et une demeure de 100m2 louée 700 euros à Marrakech, comme il l'a confié à BFMTV. Après un mariage repoussé l'an passé à cause de ses ennuis judiciaires, il a finalement épousé cette année celle qui partage sa vie dans la stricte intimité en Normandie, en présence de sa mère et sa belle-mère. 

À lire aussi
Vincent Crase et Alexandre Benalla justice
Enregistrement clandestin avec Vincent Crase : Alexandre Benalla dépose plainte

Interrogé sur les relations qu'il entretien désormais avec Emmanuel Macron, Alexandre Benalla l'assure, il n'a plus de contact ni avec le chef de l'État depuis le mois de décembre dernier, ni avec ses anciens collègues du palais de l'Élysée, ni aucun membre du gouvernement, précise BFMTV.

Si c'était à refaire, au vu du tort que cela a causé, je serais resté chez moi le 1er mai

Alexandre Benalla
Partager la citation

"La collaboration à la présidence de la République est un temps révolu pour moi, je suis fier d'avoir servi Emmanuel Macron et la seule chose qui me gêne est d'avoir à un moment donné pu susciter la suspicion sur quelqu'un qui m'a fait confiance. Si c'était à refaire, au vu du tort que cela a causé, je serais resté chez moi le 1er mai", confie Alexandre Benalla au Nouvel économiste.

Il garde en revanche la rancune tenace contre Mediapart, qu'il accuse d'"instrumentalisation politique" et de "manipulations". Le média en ligne avait publié le 31 janvier dernier des extraits sonores d'une conversation entre Alexandre Benalla et le salarié de La République en marche Vincent Crase datant du 26 juillet 2018, soit quatre jours après leur mise en examen dans l'affaire des violences du 1er mai 2018 et en violation de leur contrôle judiciaire. 

Une "marque Benalla"

Cette révélation a valu aux deux hommes d'être placés en détention provisoire le 19 février, avant d'obtenir leur remise en liberté une semaine plus tard en appel. "Mis à part les manipulations de Mediapart, les médias ont fait leur travail en informant les gens de ce qu'ils ont pu percevoir comme étant étrange, bizarre, bancal, voire borderline et illégal, c'est la liberté de la presse", juge Alexandre Benalla, en dénonçant toutes "pseudo-investigations". 

Évoquant une "marque Benalla", l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron estime qu'elle "bénéficie avant tout aux médias". "Quand on sort du Benalla, c'est qu'on n'a plus rien d'autre à vendre", persifle-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Emmanuel Macron 1er mai
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants