2 min de lecture Manuel Valls

Manuel Valls : pourquoi le Premier ministre a-t-il choisi Facebook pour faire ses annonces sur les minima sociaux ?

INTERVIEWS - Le Premier ministre a posté une longue tribune sur son compte Facebook, dans laquelle il détaille sa politique économique à l'attention des jeunes, mardi 19 avril.

Manuel Valls, au congrès du Parti socialiste à La Rochelle le 30 août 2015
Manuel Valls, au congrès du Parti socialiste à La Rochelle le 30 août 2015 Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Manuel Valls se concentre sur la jeunesse. Le premier ministre souhaite opérer une "refonte globale" des minima sociaux en direction des jeunes dès 2018. "Il faudrait engager une refonte globale, en élargissant l'accès aux minima sociaux aux jeunes en difficulté, en les fusionnant tous (…) afin de les remplacer par une couverture socle unique pour celles et ceux qui en ont besoin, complétée en fonction des situations individuelles", explique-t-il.

Le chef du gouvernement reconnait "un chantier ambitieux". "Le rapport (sur les minima sociaux remis lundi par le député socialiste Christophe Sirugue, ndlr) qui m'a été remis en a esquissé les contours et le gouvernement en définira le contenu précis durant les six prochains mois, pour une mise en œuvre en 2018", ajoute-t-il.

Manuel Valls a choisi de poster cette tribune sur son compte Facebook. Et si le réseau social a été privilégié par le Premier ministre, c'est avant tout pour l'espace offert par le site. Le chef de son pôle communication, Harold Hauzy, joint par RTL.fr, explique que Facebook permet de "délayer un discours qui s'adresse directement aux Français" à travers un "format très souple et complémentaire" à la communication dans les médias. L'objectif est de "remettre en perspective les choses" sur "un espace où on a le temps de remettre une politique en cohérence", indique-t-il.

Un discours traditionnel et raide, à l'image de l'atmosphère qui se dégage de sa page avec une photo de profil et une bannière très institutionnelles

Antoine Dubuquoy, conseiller en communication
Partager la citation

Selon Antoine Dubuquoy, conseiller en communication et auteur de Twittus Politicus contacté par RTL.fr, Facebook est devenu "un canal de communication normalisé pour la politique, où l'on peut publier de longs contenus". "Il n'y a plus de prime au premier entrant, comme en avait bénéficié Nicolas Sarkozy en 2012", détaille-t-il. Sa tribune est "un discours traditionnel et raide, à l'image de l'atmosphère qui se dégage de sa page avec une photo de profil et une bannière très institutionnelles".

À lire aussi
L'ancien premier ministre, Manuel Valls Manuel Valls
Manuel Valls de retour en France ? "Je ne veux pas être ridicule", dit-il sur RTL

Dans son discours, il prône la simplification et l'accessibilité sur les minima sociaux, éléments "qui ne se retrouvent pas forcément dans la formulation faite". Cependant, Antoine Dubuquoy estime que Manuel Valls ne s'est pas trompé dans l'utilisation de Facebook. Il reconnaît néanmoins un choix étonnant car il "dispose d'une communauté plus forte sur Twitter". En effet, la page de Manuel Valls est "likée" par 79.554 internautes, dont "54% des abonnés ont moins de 34 ans", précise Harold Hauzy, contre plus 454.000 personnes sur Twitter. À noter que sur ce site, les messages postés sont limités à 140 caractères. Sa tribune très "institutionnelle" n'est cependant "pas en phase s'il essaye de se positionner par rapport au mouvement 'Nuit Debout' mais il ne peut pas se départir d'une certaine forme de raideur", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Facebook Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants