2 min de lecture Corse

Macron veut donner un "avenir" à la Corse au sein de la République

Dans un discours politique sur fond de revendications des nationalistes, le Président a rendu hommage au préfet Claude Érignac, promettant qu'il n'y aurait pas d'amnistie.

Emmanuel Macron se rend pour la première fois de son quinquennat en Corse, mardi 6 et mercredi 7 février 2018.
Emmanuel Macron se rend pour la première fois de son quinquennat en Corse, mardi 6 et mercredi 7 février 2018. Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et AFP

Déplacement sous tension pour Emmanuel Macron. Vingt ans jour pour jour après l'assassinat du préfet Claude Érignac - le 6 février 1998 - par un commando nationaliste en pleine rue d'Ajaccio, le chef de l'État a prononcé un discours politique sur fond de revendications du nationaliste Gilles Simeoni et de l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni. Le tandem, qui détient tous les leviers du pouvoir local, rencontrera Emmanuel Macron à 19 heures, mardi 6 février.

Muet sur sa vision de l'avenir de la Corse depuis son accession à l'Élysée en mai 2017, le président de la République a adressé plusieurs messages à l'attention des nationalistes.

L'assassinat du préfet Claude Érignac "ne se justifie pas, ne se plaide pas, ne s'explique pas (...) La Corse, terre de fierté et de dignité, a été salie par ce crime", a-t-il scandé.en présence notamment de la veuve et des enfants du préfet, assurant que "la justice de la République (avait) pu être rendue" et qu'elle serait "suivie sans complaisance, sans oubli, sans amnistie".

Nous scellons notre union indéfectible dans la République

Emmanuel Macron, président de la République, à Ajaccio le 6 février 2018.
Partager la citation

En inaugurant une place Claude Érignac, "nous scellons notre union indéfectible dans la République", a lancé le chef de l'État, sous les yeux de Gilles Simeoni.

À lire aussi
Le Parlement européen en 2017 élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

"La République doit conserver cette ambition de ménager à la Corse un avenir qui soit à la hauteur de ses espérances, sans transiger sur les requêtes qui la feraient sortir du giron républicain", a-t-il également déclaré. Une manière de répondre aux aspirations des nationalistes, en quête d'une plus grande autonomie.

Le président de l'Assemblée de Corse, l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni était absent, ayant expliqué que sa "présence (aurait été) déplacée" et "sûrement pas souhaitée par les proches du préfet Érignac".

Un discours attendu mercredi

Le chef de l'État devrait attendre la dernière étape de sa visite dans l'île, à Bastia mercredi 7 février dans l'après-midi, pour préciser sa vision de la Corse dans un discours. Il aura auparavant rencontré des élus des autres tendances politiques de l'île, comme le maire LR d'Ajaccio Laurent Marcangeli, et des membres de la société civile.

Son discours sera aussi très suivi à Paris, notamment dans le cadre du débat sur la révision de la Constitution qui porte sur les institutions mais pourrait inclure la Corse, comme le réclament les nationalistes. Parmi leurs autres demandes, figurent la co-officialité de la langue corse, le statut de résident et le rapprochement des prisonniers dits "politiques". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Emmanuel Macron Nationalisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792148805
Macron veut donner un "avenir" à la Corse au sein de la République
Macron veut donner un "avenir" à la Corse au sein de la République
Dans un discours politique sur fond de revendications des nationalistes, le Président a rendu hommage au préfet Claude Érignac, promettant qu'il n'y aurait pas d'amnistie.
https://www.rtl.fr/actu/politique/macron-veut-donner-un-avenir-a-la-corse-au-sein-de-la-republique-7792148805
2018-02-06 14:42:33
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iVlwcKy_rXsvAGjnPbybuQ/330v220-2/online/image/2018/0206/7792148878_emmanuel-macron-se-rend-pour-la-premiere-fois-de-son-quinquennat-en-corse-mardi-6-et-mercredi-7-fevrier-2018.jpg