1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Travail : "Qu'on en finisse, et vite !", implore Benjamin Sportouch
2 min de lecture

Loi Travail : "Qu'on en finisse, et vite !", implore Benjamin Sportouch

ÉDITO - La loi El Khomri fera son retour à l'Assemblée nationale mardi 5 juillet. Pour le journaliste, "tout le monde a été dans la caricature" dans ce dossier.

La CGT manifeste contre la loi Travail en mai 2016
La CGT manifeste contre la loi Travail en mai 2016
Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Loi Travail : "Qu'on en finisse, et vite !", implore Benjamin Sportouch
02:40
Benjamin Sportouch & Loïc Farge

Une nouvelle fois cette semaine, c’est la loi Travail qui fera l’actualité. Elle revient mardi 5 juillet au Palais-Bourbon. Au lendemain de la disparition de Michel RocardManuel Valls a beau se revendiquer de son prédécesseur, il reste loin de sa méthode. Il ne suffit pas de s’autoproclamer fils spirituel, encore faut-il être à la hauteur de son mentor. Et en l’occurrence sur la loi El Khomri, on est loin, très loin du compte. Alors c’est vrai que Michel Rocard n’a pas été avare de 49.3, de passages en force quand il était à Matignon. Il en détient même le record absolu sous la Vème République. Mais pour une raison compréhensible : à l’époque tout simplement, il n’avait qu’une majorité relative. Ce qui n’est pas le cas de Manuel Valls. Mais le Premier ministre et François Hollande ont réussi - c’est un sacré tour de force ! - à créer une seconde opposition, interne au PS, avec des "frondeurs" qui ne lâchent rien.

Quant au dialogue social, François Hollande peut se dire "inspiré" par la méthode du dialogue et du compromis qui était chère à Michel Rocard. Mais dans les faits, cette réforme du Code du travail restera comme un moment de tension sociale rarement atteint dans notre pays, et a fortiori sous un pouvoir de gauche.
L’exécutif pourra peut-être se consoler en se comparant, parce que personne n’a vraiment été à la hauteur. Il n’y en a pas eu un pour rattraper l’autre. Les syndicats tout d’abord. Et en particulier la CGT et son patron Philippe Martinez, qui nous a ramené vingt ans en arrière. Droit dans ses bottes, Philippe Martinez en a surtout profité pour asseoir son autorité dans son syndicat. Ce n'est pas vraiment glorieux.

Le 49.3 dégainé dès mardi

Il y a aussi la droite. Cette même droite qui a toujours voulu accorder plus de pouvoir à l’entreprise, mais qui rejette une loi qui va justement dans cette direction. Pourquoi ? Pour une raison tactique, politique : ne pas faire pas de cadeau à moins d’un an de l’élection présidentielle.

Que dire du Front national. D'habitude, dans des moments de confusion comme celui-ci, il cherche toujours à tirer son épingle du jeu. Cette fois, c’est loupé ! Le FN a montré son vrai visage quand ses sénateurs ont proposé des amendements très libéraux à loi Travail... avant de les retirer discrètement sur ordre de Marine Le Pen.

À lire aussi

Tout le monde a été dans la caricature. Qu'on en finisse et vite ! Selon nos informations, c'est bien ce qui va se passer. Faute d'une majorité assurée, le gouvernement devrait à nouveau dégainer le 49.3 dès mardi. Pas de perte de temps donc, et c'est tant mieux. Parce que n'est pas Michel rocard qui veut. Réformer est un talent politique. Et ce talent n'est pas donné à tout le monde.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/