3 min de lecture Loi Travail

Loi Travail : pourquoi ces députés se sont retirés de la motion de censure de gauche

INTERVIEWS - Présents lors de la tentative de dépôt de la première motion de censure, certains députés socialistes ont choisi de se retirer, mercredi 6 juillet. À deux voix près, la motion de censure a échoué.

Les députés socialistes Yann Galut, Isabelle Bruneau et Alexis Bachelay
Les députés socialistes Yann Galut, Isabelle Bruneau et Alexis Bachelay Crédit : AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Deuxième tentative pour déposer une motion de censure à gauche et deuxième échec. Face au passage en force de la loi Travail avec une nouvelle utilisation du 49.3 par Manuel Valls, certains députés socialistes ont voulu déposer une motion de censure à l'encontre du gouvernement. Le compte à rebours afin de récolter 58 signatures a de nouveau eu lieu mais le résultat a été le même : seules 56 voix ont été récoltées. Comme la première fois, deux voix manquent.

Le 11 mai dernier, des anciens ministres de Manuel Valls et François Hollande, comme Cécile Duflot, Aurélie Filippetti et Benoît Hamon, ont répondu présent à l'appel lancé par les frondeurs. Mercredi 6 juin, ils ont réitéré leur choix. Quatre nouveaux députés se sont ajoutés aux frondeurs. Il s'agit de Sylvaine Alaux, Philippe Baumel, Nathalie Chabanne et Hervé Feron. Mais si ce dépôt de motion n'a pas pu aboutir, c'est parce que quatre autres députés qui figuraient parmi les signataires la première fois, n'ont pas souhaité soutenir cette deuxième motion de censure. Il s'agit d'Alexis Bachelay, Yann Galut, Laurent Kalinowski et Isabelle Bruneau.

Une première tentative qui n'a pas abouti

Pourquoi ont-il signé la première fois et pas la deuxième ? "On a décidé de ne pas répéter le même message et de ne pas entrer dans une logique de fracturation supplémentaire. La première motion de censure permettait de faire pression sur le gouvernement et d'adresser un message à l'exécutif", explique Alexis Bachelay, député socialiste des Hauts-de-Seine joint par RTL.fr. Même constat du côté d'Isabelle Bruneau, députée PS de l'Indre, contactée par RTL.fr : "La première fois, il s'agissait d'une arme pour forcer au dialogue. Désormais, c'est absurde et c'est un coup d'épée dans l'eau car la deuxième motion de censure n'aurait pas abouti. Le symbole ne sert à rien".
 
Pourtant, leur avis concernant la loi Travail n'a pas changé. Selon le député socialiste du Cher Yann Galut, joint par RTL.fr, "le contrat de confiance est rompu. Les Français désapprouvent la loi Travail, les avis favorables par rapport à la loi sont minoritaires auprès des syndicats et aussi dans l'hémicycle".

À lire aussi
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, à Montreuil le 25 mai 2018. Chômage
Pourquoi les permittents sont menacés par la loi "Avenir professionnel" ?

Peser lors de la primaire

Et l'événement qui a fait basculer ces députés est l'annonce fin juin par Jean-Christophe Cambadélis de la tenue d'une primaire de la gauche de gouvernement. Ce scrutin devrait permettre de "dégager un consensus et de taper du poing sur la table", estime Isabelle Bruneau. "La réponse politique n'est plus la motion de censure. Le rendez-vous se fera lors de la primaire. Nous ne soutiendrons pas François Hollande dans le cadre de la primaire. Il est le véritable responsable de cet échec. Nous proposerons une alternative", insiste Yann Galut. Déposer une candidature ou soutenir un candidat ? La question reste encore entière pour les députés.

Manuel Valls aurait dû démissionner

Yann Galut, député socialiste
Partager la citation

Une chose est sûre, leur ennemi est Manuel Valls. Isabelle Bruneau estime ne pas pouvoir "cautionner l'attitude d'un ministre qui avait fait 5% à la primaire en 2011". Et d'ajouter : "C'est lui le frondeur". Les mots ne sont pas tendres non plus du côté d'Yves Galut : "Manuel Valls aurait dû démissionner. On ne va pas faire lui faire le plaisir de pouvoir nous exclure. Le Premier ministre veut récupérer le parti et nous expulser".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Loi Travail Parti socialiste Députés socialistes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783998347
Loi Travail : pourquoi ces députés se sont retirés de la motion de censure de gauche
Loi Travail : pourquoi ces députés se sont retirés de la motion de censure de gauche
INTERVIEWS - Présents lors de la tentative de dépôt de la première motion de censure, certains députés socialistes ont choisi de se retirer, mercredi 6 juillet. À deux voix près, la motion de censure a échoué.
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-travail-pourquoi-ces-deputes-se-sont-retires-de-la-motion-de-censure-de-gauche-7783998347
2016-07-07 11:12:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/w0TNl_cWpP_Lw2yFq3lZGg/330v220-2/online/image/2016/0707/7784003631_les-deputes-socialistes-yann-galut-isabelle-bruneau-et-alexis-bachelay.jpg