1 min de lecture Politique

Loi Famille : retour à l'Assemblée d'un texte controversé

DÉCRYPTAGE - Présentée le 19 mai dernier, la loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant avait vu son examen suspendu trois jours plus tard, sous le poids des amendements de l'opposition.

La secrétaire d'Etat chargée de la Famille a promis de ne pas abandonner la loi Apie
La secrétaire d'Etat chargée de la Famille a promis de ne pas abandonner la loi Apie Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Moins d'un mois après la suspension de son examen par l'Assemblée nationale, la proposition de loi sur la famille revient devant les députés. Portée par le Parti socialiste et les Verts, la loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant (Apie) a ainsi droit à une seconde chance.

Le soutien du gouvernement remis en cause

Présentée le 19 mai dernier, elle n'avait pas tenu plus de trois jours, alors que l'opposition l'avait affublée de 700 amendements. Les débats avaient été suspendus au moment où il restait encore 361 amendements à étudier. Si l'UMP avait crié victoire, la majorité n'a pas voulu abandonner. 

"Le gouvernement ne laissera pas tomber ce texte dans les oubliettes de l'obstruction parlementaire", avait prévenu Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille. L'examen du texte n'est toutefois programmé que sur une seule journée. Une situation qui laisse penser à l'opposition que le soutien du gouvernement envers ce texte n'est qu'une façade.

Un texte polémique

Et les députés de tenter de s'enfoncer dans la brèche. Aucun cadeau, aucun compromis ne sera fait sur les 361 amendements encore à l'étudeLa loi Apie contient en effet de nombreuses dispositions promptes à hérisser le poil des élus de l'opposition.

À lire aussi
Valéry Giscard d'Estaing Valéry Giscard d'Estaing
Mort de Giscard d'Estaing : pour Moati, Macron "est peut-être son fils spirituel"

Le texte prévoit notamment de renforcer l'autorité parentale de celui qui ne vit pas avec l'enfant ainsi que les droits du beau-parent. Le premier examen de la loi avait permis aux députés d'adopter les articles permettant la double domiciliation de l'enfant d'un couple séparé et les sanctions liées à la non-représentation de l'enfant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Loi Famille Assemblée nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants