1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Les villes moyennes sont celles des 'gilets jaunes'", lance Caroline Cayeux
2 min de lecture

"Les villes moyennes sont celles des 'gilets jaunes'", lance Caroline Cayeux

INVITÉE RTL - La maire de Beauvais, présidente de l'association Villes de France, revendique une considération plus importante des maires de villes moyennes et de leurs communes dans la résolution de la crise des "gilets jaunes".

Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de l'Association Villes de France, en septembre 2018
Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de l'Association Villes de France, en septembre 2018
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
"Les villes moyennes sont celles des 'gilets jaunes'", lance Caroline Cayeux
00:10:14
"Les villes moyennes sont celles des 'gilets jaunes'", lance Caroline Cayeux
00:10:15
Yves Calvi & Clémence Bauduin

La colère des "gilets jaunes" est fiscale, sociale mais aussi démographique, et Caroline Cayeux est une témoin privilégiée de ce gouffre qui se creuse entre Paris et la province, entre le peuple et ses élus. La maire (divers droite) de Beauvais est également présidente de l'association Villes de France, les fameuses villes moyennes, cette France périphérique dont il est beaucoup question depuis la crise des "gilets jaunes". C'est justement dans ces villes que leur colère a pris corps. 

'Un maire se rend compte de la détresse qu'il y a dans sa ville. (...) Dans ma permanence à Beauvais j'ai mesuré, oui, la détresse sociale, affirme Caroline Cayeux. L'ambiance est lourde et un certain nombres de mesures prises se sont accumulées : les 80 km/h, le contrôle technique, les taxes. Oui, aujourd'hui, la colère est importante sur le terrain et nos villes moyennes sont les villes des 'gilets jaunes'", affirme-t-elle.

"Aujourd'hui les maires sont les derniers remparts entre la colère des habitants et l'État", estime l'édile. "Nous voulons proposer un Grenelle du pouvoir d'achat et de la transition écologique", qui défend également la mise en place d'un moratoire, tout juste annoncé par Édouard Philippe. Une décision "indispensable" et "urgente", selon Caroline Cayeux.

Au Puy-en-Velay, le préfet de Haute-Loire Yves Rousset a dû faire face à l'incendie de sa préfecture. "Les violences commises ici ont été commises contre la préfecture, représentation de l'État", estime-t-il. Pour lui, la communication entre son niveau préfectoral et les hautes sphères de l'État est bien existante. "Je ne pense pas que le gouvernement a rompu les liens avec les élus locaux, au contraire, affirme le préfet. J'ai reçu des appels personnel de soutien du Premier ministre, du ministre de l'Intérieur, du président de l'Assemblée nationale".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.