1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Les meetings sont des cérémonies démocratiques irremplaçables", selon Nicolas Domenach
1 min de lecture

"Les meetings sont des cérémonies démocratiques irremplaçables", selon Nicolas Domenach

BILLET - Michèle Alliot-Marie, candidate auto-proclamée à l’élection présidentielle, préfère les rencontres de terrain aux grands meetings coûteux. Une position étrange, selon le journaliste.

Nicolas Domenach
Nicolas Domenach
Crédit : Maxime Villalonga
Nicolas Domenach : "les meetings sont des cérémonies démocratiques irremplaçables"
04:09
"Les meetings sont des cérémonies démocratiques irremplaçables", selon Nicolas Domenach
03:16
Loïc Farge & Nicolas Domenach

L'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie, qui a annoncé la semaine dernière sa candidature à l'Élysée, n'a "pas l'intention de faire une campagne comme les autres". Elle veut zapper les grands meetings. "L'ancienne présidente du RPR me semble étrangement inconséquente, puisque c’est la même Michèle Alliot-Marie qui affirmait : 'Faire un meeting, ça vous donne de la force, de l’énergie'", s'étonne Nicolas Domenach. "MAM allait encore plus loin, puisqu'elle précisait : 'C'est comme un orgasme'", poursuit-il.

"Je ne veux pas croire que Michèle Alliot-Marie ne prenne plus de plaisir à cet exercice de haute voltige sensuelle qu’est un meeting", décrypte le journaliste. Avant de poursuivre : "Ce que je peux vous certifier, c’est que tous les hommes politiques qui s’y adonnent adorent le flash d’une salle qui se lève et les aime quasi charnellement". Il note que les meetings télévisés "ont un impact médiatique incomparable s’ils sont réussis". Même s'ils peuvent parfois être trompeurs. "Nicolas Sarkozy a été victime de l’illusion âge tendre et tête de bois", constate-t-il.

"Il y a des assemblées qui sont des veillées d’adieu et d’autres qui sont des fêtes prometteuses. Mais ce sont de toutes façons des cérémonies démocratiques irremplaçables et qui appartiennent à l’histoire de la République, la IIIe République en l'occurrence",  clame Nicolas Domenach. "Ce fut une conquête, et ce n’est pas Michèle Alliot-Marie qui va revenir dessus", insiste-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/