4 min de lecture Présidentielle 2017

Les étranges confessions de François Fillon à Benoît XVI

Invité des "Petits-déjeuners de la présidentielle", François Fillon est revenu sur sa rencontre avec le pape à Tarbes en 2008 alors qu’il était encore Premier ministre.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Les étranges confessions de François Fillon à Benoît XVI Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Alors qu’ils devaient tous deux sortir de l'aéroport pour faire une déclaration commune, François Fillon et Benoît XVI se sont retrouvés bloqués dans l’aéroport de Tarbes, en septembre 2008. Bloqués par une panne des portes électriques de l’aéroport, les deux hommes commencent alors à échanger pour faire passer le temps.

L’homme qui à l’époque le Premier ministre de Nicolas Sarkozy commence à parler de Paris et notamment de Pigalle, au souverain pontife. "Je ne sais pas pourquoi j'entretiens Votre Sainteté de ces sujets, car vous connaissez très bien les charmes de Paris", aurait même ajouté le chef du gouvernement selon L’Opinion

"En réalité, c’est le pape qui a commencé à me parler d’Alitalia [compagnie aérienne italienne]", corrige François Fillon, "d’Alitalia on est arrivé à Berlusconi et c’est là où je me suis égaré en lui racontant le 14 juillet 2007 où Berlusconi avait voulu aller à Pigalle". "Contrairement à ce que vous venez de dire, il avait un visage rayonnant et souriant, se demandant jusqu’où j’allais aller", ajoute le canidat Les Républicains.

À lire aussi
Benoît Hamon au soir de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, à Paris le 23 avril 2017 Parti socialiste
Présidentielle 2017 : Benoît Hamon aussi a bénéficié de ristournes

Le mystère Fillon

Depuis sa victoire écrasante à la primaire de la droite et du centre, la presse s’interroge sur la nature du très secret François Fillon. "L'incroyable monsieur Fillon" titrait Le Point en couverture le 24 novembre dernier. Le même jour Libération le mettait en une, grimé en Margaret Thatcher. Libé passe alors au crible votre programme ultra conservateur et ultralibéral. La même semaine, L'Express vous met aussi en une '"un désir de droite".

Quelques jours plus tôt, François Fillon avait fait sensation dans l'émission de M6 "Une ambition intime", en se détachant de sa réserve habituelle, et les InRocks se posent même la question : "Et si une ambition intime avait fait gagner Fillon ?" Sa victoire à la primaire ouvrait un boulevard à François Fillon, jusqu’à croiser un mare aux canards.

Il y aura un avant et un après 24 janvier pour François Fillon. Ce soir-là, les rédactions ont en main Le Canard enchaîné qui révèle ce que la presse va appeler le "Penelope gate". Il faut se souvenir que ce jour là, ce n'est même pas la une du journal satirique, c'est juste un article en appel de une : "les 600.000€ gagnés par Pénélope qui empoisonnent Fillon". Le premier épisode d'un feuilleton qui va en réalité empoisonner la campagne.

L'énigmatique Penelope

On retrouve en un de L'Obs en kiosque ce matin : "les couples en campagne pour le meilleur et pour le pire”. Mieux qu'un programme, le couple, raconte un tempérament, un rapport à la vie, à l'amour, aux normes sociales, et in fine à la politique. Si François Mitterrand a caché jusqu'à sa mort, sa vie parallèle avec Anne Pingeot, c'était d'abord par conformisme bourgeois. Et en cela, François Fillon s'inscrit dans la droite ligne de la dissimulation miterrandienne. Une famille si parfaite qui prend la pose pour Paris Match devant une gentilhommière du 14e siècle. Monsieur est député à Paris, madame élève les 5 enfants dans la Sarthe.

"Je ne veux pas qu'elle parle", aurait asséné le candidat à propos de Pénélope. "Depuis le 24 janvier, les Français découvrent tout de cette femme effacéee, écrit L'Obs, qui brosse le portrait de l'indéfectible alliée qu'elle est à vos côtés depuis maintenant 37 ans. "Elle est son meilleur ami, c'est ça la clef", dit un ancien ministre, "Fillon n'a pas d'ami, il a des affidés qui le suivent, mais ils ne sont qu'à moitié payés en retour. Elle est l'une des rares à tout savoir de lui, à le comprendre, à ne rien lui reprocher, c'est à la vie à la mort".

Un candidat kantien

Dans Philosophie magazine en avril, un portrait philosophique passionnant des candidats. François Fillon y est décrit comme le candidat modulaire, c'est-à-dire qu’il a traversé tous les modes d'existence distingués par Kant dans "la critique de la raison pure" : "le possible, ce qui peut être", "l'impossible, ce qui ne peut pas être", "le nécessaire, ce qui doit être" et "le Contingent ce qui peut ne pas être".

Le possible, c'est au moment où il est candidat à la primaire, il peut être président. En remportant la primaire, il devient alors le nécessaire, celui qui doit être président, et fonce vers la réussite. Et puis, ce terrible 24 janvier, le scandale le fait basculer dans l'impossible, on dit qu’il ne peut plus être président, un plan B est évoqué, puis abandonné. Il reste candidat jusqu'au bout et devient contingent, celui qui peut ne pas être président.

François Fillon se compare à Winston Churchill

Malgré ses déboires, François Fillon est toujours en lice et en une de Valeurs actuelles avec "l'interview reconquête". "Le camp Fillon retrouve le sourire", titre de son côté ce matin Le Figaro. Le Figaro, est un des rares quotidiens à n’avoir pas retiré son soutien au candidat Les Républicains. Le quotidien affiche chaque matin à sa une phrase de Beaumarchais : "sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur". C'est ça la presse française, l'éloge, et la liberté de blâmer, c'est Beaumarchais qui le dit et vous savez quoi ? Il est né un 24 janvier.

Une dernière citation, celle ci est dans La Croix ce matin, pour parler du Brexit, mais pas seulement en fait. "Construire peut être le fruit d'un travail long et acharné. Détruire peut être l'œuvre d'une seule journée", confiait Winston Churchill, avant sa mort le 24 janvier 1965. "Churchill, en dehors des périodes ou il a exercé le pouvoir, a été traîné dans la boue, dénigré par la presse britannique", a commenté François Fillon.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787868877
Les étranges confessions de François Fillon à Benoît XVI
Les étranges confessions de François Fillon à Benoît XVI
Invité des "Petits-déjeuners de la présidentielle", François Fillon est revenu sur sa rencontre avec le pape à Tarbes en 2008 alors qu’il était encore Premier ministre.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-etranges-confessions-de-francois-fillon-a-benoit-xvi-7787868877
2017-03-30 09:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nNh40cpb1uAvAJlyBdGpug/330v220-2/online/image/2017/0330/7787881123_le-pape-benoit-xvi-et-francois-fillon-au-vatican-le-10-octobre-2009.jpg