2 min de lecture Jihadisme

Les actualités de 12h30 - Syrie : l'hypothèse d'un rapatriement des jihadistes français à l'étude

Cela concerne principalement les jihadistes français détenus au Kurdistan syrien. Ils sont plus d'une centaine, hommes et femmes confondus, sans compter les enfants, gardés dans des camps.

Micro RTL générique Le journal RTL La rédaction de RTL
>
Les actualités de 12h30 - Syrie : l'hypothèse d'un rapatriement des jihadistes français à l'étude Crédit Image : DELIL SOULEIMAN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Thomas Prouteau et Camille Schmitt

Vers un rapatriement des jihadistes français encore en Syrie ? Les soldats américains vont se retirer du pays. Certaines zones sont encore extrêmement instables, et les autorités françaises ne veulent pas que ces bombes à retardement disparaissent dans la nature. Ce n'est pas encore officiel mais cette option est plus qu'à l'étude.

Cela concerne principalement les jihadistes français détenus au Kurdistan syrien. Ils sont plus d'une centaine, hommes et femmes confondus, sans compter les enfants, gardés dans des camps. Mais les Kurdes pourraient rapidement ne plus être en mesure d'assurer cette détention, à cause de l'instabilité de la zone et notamment du retrait américain. 

Le principe d'un rapatriement a donc été arrêté. "Il y a une volonté de ne pas laisser libre où que ce soit des jihadistes français qui peuvent nous attaquer", confirme à RTL une source au gouvernement, qui ne dément pas l'hypothèse d'un retour encadré par les autorités françaises. Mais en détail, rien n'est encore arrêté. Ni la façon dont on irait chercher ces jihadistes, ni leur nombre, ni la date. 

À lire aussi
Fabien Clain a revendiqué les attentats du 13 novembre jihadisme
Mort de Fabien Clain : "Un souci en moins pour le gouvernement", dit Mazerolle

Et officiellement aucune confirmation, ce mardi 29 janvier dans la matinée, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires Étrangères, a démenti à RTL qu'un accord ait été trouvé avec les Kurdes. Le ministre de l'Intérieur a toutefois précisé que si certains devaient rentrer, ils seraient interpellés dès leur arrivée en France et présentés à la justice.

À écouter également dans ce journal

Golden Globe Race - À 73 ans, Jean-Luc Van Den Heede vient de boucler en vainqueur en 211 jours, 23 heures 12 minutes et 19 secondes la Golden Globe Race, à la barre de son Rustler 36 pieds, un voilier de 10 mètres. 

Faits divers - Une partie du bâtiment du chef étoilé Yannick Delpech, situé en Haute Garonne, a été endommagé par un incendie lundi 28 janvier. C'est en fait la voiture du restaurateur qui a pris feu, et cela vient après des insultes et des tags.

Impôts - Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, veut transformer le crédit d'impôt des services à la personne en aides directes au service des ménages. C'est extrêmement important puisque ça concerne près de 3 millions et demi de personnes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadisme Jihad Jihadistes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796375084
Les actualités de 12h30 - Syrie : l'hypothèse d'un rapatriement des jihadistes français à l'étude
Les actualités de 12h30 - Syrie : l'hypothèse d'un rapatriement des jihadistes français à l'étude
Cela concerne principalement les jihadistes français détenus au Kurdistan syrien. Ils sont plus d'une centaine, hommes et femmes confondus, sans compter les enfants, gardés dans des camps.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-actualites-de-12h30-syrie-l-hypothese-d-un-rapatriement-des-jihadistes-francais-a-l-etude-7796375084
2019-01-29 13:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/P03RkNAkHS9aMcx_iYpWEQ/330v220-2/online/image/2018/0518/7793436627_un-soldat-de-la-force-arabo-kurde-soutenue-par-les-etats-unis-pres-de-raqqa-en-novembre-2016.jpg