3 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : "Les Républicains à la dérive", analyse Alba Ventura

ÉDITO - Pour la journaliste, François Baroin est dans le rôle de celui qui voudrait bien mais qui ne peut point.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Législatives 2017 : "Les Républicains à la dérive", analyse Alba Ventura Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Les Républicains plus que jamais dans l'impasse. Alors que les sondages donnent le parti d'Emmanuel Macron en tête pour les législatives, la droite a du mal à se faire entendre. Fracture idéologique, absence de leadership : la crise est plus grave qu'on ne pense. On n'en est qu'à la partie immergée de l'iceberg, même si les Républicains ne sont pas dans le même état de décomposition que le Parti socialiste. Mais voyez comment en 24 heures les Républicains se sont mis une balle dans chaque pied.

Nous avons eu d'un côté Bernard Accoyer, qui a déclaré que "tout était à revoir chez LR, qu'il fallait un puissant renouvellement". Bernard Accoyer qui annonce : "J'ai demandé à de jeunes intellectuels de réfléchir pour nous à ce que doit être demain un parti politique". C'est dire si les Républicains ne savent plus où ils habitent. De l'autre côté, il y a François Baroin, qui conduit la campagne des législatives et qui souhaite un "partage des responsabilités avec Emmanuel Macron, rien de conflictuel", parce qu'il ne veut pas être "la droite scrogneugneu".

Semelles de plomb

François Baroin ne veut pas être celui qui fera le coup de l'opposition frontale. Il avait pourtant commencé la campagne en posant un acte d'autorité : en menaçant d'exclure tous ceux qui se rallieraient à La République En Marche, en voulant imposer une cohabitation. Il finit par dire qu'il aimerait bien avoir la majorité à l'Assemblée, mais pour partager le travail avec Macron. Pas facile à suivre.

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne, au second tour des législatives le 18 juin 2017 Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

François Baroin fait ce qu'il peut. Mais il donne l'impression de faire cette campagne avec des semelles de plomb. Il donne le sentiment d'avoir raté quelque chose, lui qui s'étonne encore de ce nouveau président de 39 ans. Presque un gamin pour lui. François Baroin fait partie de ces gens qui n'ont pas envie de regarder les trains passer, mais qui n'ont pas non plus envie d'aller à toute force contre le mouvement. François Baroin est dans le rôle de celui qui voudrait bien, mais qui ne peut point.

Entre ceux qui pensent qu'il n'y a plus personne pour réfléchir dans ce parti et ceux qui ne savent pas bien où ils vont, tout indique que les républicains à la dérive. Le parti n'a pas encore explosé, il n'est pas encore fracturé. Il l'est dans les mots, pas encore dans les actes.

Pour l'instant, les Républicains vivent en cohabitation. Mais quand Jean-Pierre Raffarin dit qu'il veut s'inscrire à l'Assemblée dans un groupe qu'il appellerait "les constructifs" pour aider Emmanuel Macron à faire passer des textes, la division est exprimée. La fracture est assumée par rapport à ceux qui, comme Laurent WauquiezBrice Hortefeux ou Éric Ciotti, sont dans une logique d'opposition pure. On verra l'ampleur de la fracture au moment des législatives.

L'enjeu local va l'emporter sur l'enjeu national ?

L'implosion est-elle inéluctable ? La "chance"(si on ose dire) des Républicains, c'est l'implantation du parti. La droite aujourd'hui détient près de 230 circonscriptions. Mais tout va dépendre de la participation et du nombre de candidats. Est-ce que l'enjeu local va l'emporter sur l'enjeu national ? Si l'ancrage local est plus fort, la droite peut s'en sortir. Mais le risque c'est aussi d'avoir trop peu de députés, et que ces députés se tournent vers Macron.

Encore une fois, de tout cela, on n'en mesure pas encore les effets. Cela dit, même s'il limite la casse, ce parti en grande difficulté idéologique et intellectuelle ne pourra pas s'exonérer d'une recomposition. Une recomposition qui devrait sonner le glas du grand rêve de Jacques Chirac d'unifier la droite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Les Républicains François Baroin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788761274
Législatives 2017 : "Les Républicains à la dérive", analyse Alba Ventura
Législatives 2017 : "Les Républicains à la dérive", analyse Alba Ventura
ÉDITO - Pour la journaliste, François Baroin est dans le rôle de celui qui voudrait bien mais qui ne peut point.
https://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-les-republicains-a-la-derive-analyse-alba-ventura-7788761274
2017-05-30 08:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-7_Yu_jrybBU8PBCgjp5_w/330v220-2/online/image/2017/0530/7788761408_francois-baroin-lors-d-un-meeting-les-republicains-a-paris-le-20-mai-2017.jpg