1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante nuances de rose", pour Alba Ventura
2 min de lecture

Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante nuances de rose", pour Alba Ventura

ÉDITO - Le parti socialiste est rarement apparu aussi divisé et cela n'augure rien de bon à quelques jours des élections législatives.

Le poste d'assistant de direction serait le plus touché par les suppressions d'emploi.
Le poste d'assistant de direction serait le plus touché par les suppressions d'emploi.
Crédit : SIPA
Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante nuances de rose", pour Alba Ventura
03:16
Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante nuances de rose", pour Alba Ventura
03:04
Alba Ventura & Clémence Bauduin

La campagne des législatives a été lancée lundi 22 mai et d'après les sondages le PS est crédité de 6% d'intentions de vote environ - à peu de choses près son score à la présidentielle. Difficile d'imaginer que le PS puisse vraiment créer la surprise. D'ailleurs lorsque l'on évoque "le PS" on a du mal à voir de quel PS il s'agit. En ce moment, le parti socialiste c'est cinquante nuances de roses, avec plus d'épines que de pétales. Les roses, c'est chacun pour soi et sauve qui peut !  

Il y a des socialistes qui se sentent proches d'Emmanuel Macron et qui n'ont pas de candidat PS face à eux et pour cause, ils ont été investis par le PS mais ils ne font pas campagne avec le logo du PS. C'est le cas par exemple de Marisol Touraine. Aussi, certains socialistes auraient bien aimé s'entendre avec Emmanuel Macron mais les équipes de La République En Marche n'en ont pas voulu…C'est le cas de Juliette Méadel, l'ancienne secrétaire d'État aux victimes, qui fait quand même campagne en disant "je suis socialiste mais avec Macron"

Même Jean-Christophe Cambadélis perd ses nerfs

Il y a aussi des socialistes qui soutiennent des candidats d'un autre parti contre des candidats du PS... Ça, c'est fort ! C'est le cas de Benoît Hamon qui soutient des écolos, des communistes ou encore des candidats de la France insoumise… face à des socialistes dont certains l'ont pourtant soutenu à la primaire. Tout cela est abracadabrantesque, surtout lorsque l'on voit que les socialistes d'Indre-et-Loire voudraient exclure Marisol Touraine du PS, alors que Benoît Hamon qui soutient des candidats qui ne sont pas socialistes n'est soumis à aucune menace. Au secours !

Forcément, il y a des candidats socialistes qui perdent leurs nerfs comme Jean-Christophe Cambadélis qui a presque arraché le micro d'une journaliste mardi 23 mai. Difficile de prévoir ce que cela va donner aux législatives, mais l'on peut dire que chacun y met du sien pour précipiter vers l'abîme le vieux parti d'Épinay. En gros, le PS est au bord du dépôt de bilan idéologiquement, mais on l'avait vu venir, notamment lorsque Manuel Valls parlait des "deux gauches irréconciliables".

Un mal pour un bien

À lire aussi

Électoralement parlant, ça va être la Bérézina. Publiquement, plusieurs ténors du PS tablent sur 30 à 40 députés mais, en coulisses, on est bien plus pessimiste : certains pronostiquent à peine 20 députés et d'autres se demandent si le Parti socialiste parviendra à avoir un groupe à l'Assemblée, c'est-à-dire 15 élus. Et l'argent d'un parti ce sont ses députés : s'il n'y a plus d'argent il n'y a plus de siège, le palais de Solférino s'envole, et le socialisme du pouvoir avec lui. 

Déjà le nom du PS est mis sur la sellette. Jean-Christophe Cambadelis a admis en début de semaine qu'il n'était pas impossible d'en changer. Autre temps, autres mœurs : quand Manuel Valls l'avait évoqué il y a plusieurs années tout le monde avait bondi ! Au fond, cette catastrophe qui s'annonce, c'est peut-être un mal pour un bien. Les socialistes, cela fait dix ans qu'ils nous jouent leurs scènes de ménage à longueur de quinquennats. Quand ils sont dans l'opposition, c'est la crise, quand ils sont au pouvoir, c'est la crise

Les socialistes ont toujours géré les alternances comme un parti d'élus, alors s'il n'y a plus d'élus, il va falloir reconstruire. Il est donc bienvenu le temps de faire le tri, de travailler chacun de son côté et de s'intéresser, à nouveau, aux Français.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/