1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Leclerc : "Nous avons fait le choix de l'amende maximale", dit Pannier-Runacher
1 min de lecture

Leclerc : "Nous avons fait le choix de l'amende maximale", dit Pannier-Runacher

INVITÉE RTL - Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie, revient sur l'amende record réclamée par Bercy à Leclerc.

Agnès Pannier-Runacher sur RTL, le 22 juillet 2019
Agnès Pannier-Runacher sur RTL, le 22 juillet 2019
Crédit : RTL
Agnès Pannier-Runacher était l'invitée de RTL du 22 juillet 2019
13:10
Eau "contaminée" au tritium : "Le système est extrêmement bien contrôlé", assure Pannier-Runacher
00:26
Agnès Pannier-Runacher était l'invitée de RTL du 22 juillet 2019
13:11
Thomas Hugues

Le ministère de l'Économie demande, devant le tribunal de commerce de Paris, une amende record de plus de 117 millions d'euros au groupe Leclerc. "Leclerc utilise une centrale d'achat en Belgique pour contourner la loi française et imposer des conditions d'achat à ses fournisseurs qui conduisent à déstructurer les filières agro-alimentaires, qui font face en France à de grandes difficultés", explique Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, invitée de RTL lundi 22 juillet. "C'est très sérieux. Nous avons assigné sept fois Leclerc en quatorze ans", rappelle-t-elle.

Bercy a commencé à travailler sur le dossier Leclerc en 2018, une enquête fastidieuse. "C'est 18 mois d'enquête, 5.000 messages captés, 8.000 pages de documents prélevés dans une perquisition qui a mobilisé plus de 20 agents de la Direction générale de la concurrence", détaille Agnès Pannier-Runacher.

E.Leclerc se défend en précisant qu'il fait pression sur les "grandes centrales étrangères" et non sur les petits groupes français. "Ça s'est remarquable", raille-t-elle, expliquant que cela concerne "quatre fournisseurs en 2017, quatorze en 2018, vingt-sept en 2019. Pardon mais on n'a pas vingt-sept grands groupes étrangers, donc c'était une pratique qui était en train de se disséminer à des groupes de tailles intermédiaires. Face à la défense de Leclerc, Agnès Pannier-Runacher s'indigne de la défense de Leclerc : "J'ai le droit de ne pas respecter la loi dès lors que c'est contre de grands groupes étrangers".

Avec cette amende, Bercy souhaite "mettre un terme" à des pratiques "illégales". "Nous avons fait le choix de l'amende maximale, c'est-à-dire trois fois les montants que Leclerc a récupérés sur le dos de groupes sans contreparties", conclu Agnès Pannier-Runacher.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/