2 min de lecture Gouvernement

Le gouvernement cherche à doper l'emploi dans les petites et moyennes entreprises

Le gouvernement s'apprête à faire des annonces pour améliorer les conditions des petites et moyennes entreprises qui emploient près d'un employé sur deux en France.

RTL Petit Matin - Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Le gouvernement cherche à doper l'emploi dans les petites et moyennes entreprises Crédit Image : AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Ponzio
Christophe Ponzio Journaliste RTL

Ce mardi, le gouvernement s'attaque à une épineuse question, à savoir comment doper l'emploi dans les petites et moyennes entreprises sans toucher au Contrat à Durée Indéterminée (CDI). Après la consultation des partenaires sociaux la semaine dernière, l’exécutif doit présenter toute une série de mesures parmi lesquelles le plafonnement des indemnités aux prud'hommes en cas de licenciement abusif. En France, les patrons des quelque 3 millions de petites et moyennes entreprises françaises attendent pourtant plus de la part de l'État. 

Si je veux embaucher un salarié 1500 euros, cela va me coûter 3000 euros, c'est colossal.

Jean-François Hogrel, patron de PME
Partager la citation

Fondateur et actuel PDG de l'entreprise Holiprom, spécialiste textile sportif qui a réalisé l'an passé 4 millions de chiffre d'affaires, Jean-François Hogrel aimerait recruter trois nouveaux commerciaux, mais le petit patron s'interroge sur la viabilité économique de ses intentions. "Si demain je veux embaucher un salarié 1500 euros, ces 1500 euros vont pratiquement me coûter 3000 euros, c'est colossal. En terme de trésorerie, cela nous pénalise énormément. Je préfère me dire que je vais attendre", déclare-t-il ainsi au micro de RTL. 

Les petits patrons souhaitent plus de flexibilité

C'est donc sur cette prudence que le gouvernement souhaite agir avec une mesure phare ; plafonner les indemnités de licenciement versées aux employés en cas de condamnation de leur employeur par les prud'hommes. Jean-François Hogrel n'y voit cependant aucun intérêt. "C'est de la poudre aux yeux. Lorsque vous embauchez un salarié, vous ne pensez pas aux prud'hommes". 

Pour la bonne marche de son activité, le patron de PME espère que la piste d'une réduction des délais de paiement entre sociétés sera reprise, tout comme celle de davantage de souplesse dans la conclusion des contrats. "On fait un CDD à quelqu'un, cela se passe bien, qu'on puisse reconduire un CDD une deuxième fois. Aujourd'hui on n'a pas le droit de le faire et ça c'est un vrai frein", déplore-t-il.  

À lire aussi
Grève SNCF (illustration) grève SNCF
Grève à la SNCF : les syndicats de cheminots appellent à amplifier la mobilisation dès lundi

Résultat, Jean-François Hogrel ne suivra que d'une oreille les annonces de l’exécutif pour l'emploi car il ne "compte pas là-dessus" pour faire marcher son entreprise, lui qui déplore qu'en 16 ans d'exercice jamais un gouvernement ne se soit préoccupé de son activité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Emploi CDD
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants