2 min de lecture Entreprises

La taxe sur les dividendes est une mesure "ubuesque", cingle un chef d'entreprise

INVITÉ RTL - Philippe Barbier, président de Pomona, dénonce la taxe sur les dividendes décidée sous François Hollande.

Micro RTL générique Le Mag de l'Éco Jean-Baptiste Giraud iTunes RSS
>
La taxe sur les dividendes est une mesure "ubuesque", cingle un chef d'entreprise Crédit Image : AFP / FRED DUFOUR | Crédit Média : Christophe Pacaud,Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Pacaud
Christophe Pacaud et Agnès Bonfillon

Si peu de gens connaissent Pomona, le groupe spécialisé dans la livraison de produits alimentaires à la restauration et aux collectivités peut se targuer de peser 3,8 milliards d'euros et d'employer 10.600 personnes. Une réussite qui fait entrer la firme dans le club des 320 grandes entreprises qui vont devoir payer une taxe sur les dividendes, comme l'a décidé le gouvernement lors du quinquennat de François Hollande.

"Bruno Le Maire a un trou de 10 milliards d'euros et souhaite compenser la moitié en demandant un effort civique aux 320 entreprises les plus grosses", explique le président de Pomona, Philippe Barbier, qui déplore que Pomona, "un petit parmi les géants", soit pénalisée.

Il est ainsi réclamé à la firme 7,2 millions d'euros de contribution exceptionnelle. Sur trois ans, Pomona ne récupérera, au mieux, que 1,5 million d'euros. "Un effort civique ne nous pose aucun problème. On est une entreprise franco-française qui paye ses impôts en France. C'est d'ailleurs pour cela qu'on est pénalisés", cingle le chef d'entreprise, qui rappelle avec ironie ne pas figurer dans l'enquête des "Paradise Papers". "On a l'impression d'être le dindon de la farce", poursuit Philippe Barbier, qui dénonce une mesure "ubuesque".

À lire aussi
Des avions militaires (illustration) États-Unis
Pourquoi les entreprises aéronautiques américaines s'allient-elles ?

Air France dépoussière son programme Flying Blue

Une révolution se prépare dans le ciel. Air France va profondément modifier son programme de fidélité "Flying Blue" qui existe depuis 2005, utilisé par 15 millions de voyageurs. Il est devenu trop compliqué pour la compagnie : 120 personnes ont donc travaillé pour le dépoussiérer afin qu'Air France devienne une des meilleures compagnies en la matière.

Quand vous voyagez, vous accumulez des Miles. Aujourd'hui, leur nombre dépend de la distance parcourue. En effet, plus le trajet est long plus vous en avez. Dans quelques mois, à partir du 1er avril 2018, vous collecterez des "Miles" en fonction du prix que vous payez. Concrètement, pour un euro dépensé, ce sera quatre Miles si vous êtes au niveau le plus bas du programme et huit si vous êtes au plus haut. 

L'accumulation de points sera donc plus rapide. Le système sera "légèrement plus avantageux" si l'on en croit le directeur de la fidélisation. Et il y aura, comme dans les jeux-vidéos, un système de "points d'expérience" pour monter en gamme. Si vous faites un Paris-Toulouse en économique, vous marquerez deux points d'expérience. Et alors si vous faites un Paris-Shanghai en première classe, vous gagnerez 60 points.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises Taxes Budget
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790872796
La taxe sur les dividendes est une mesure "ubuesque", cingle un chef d'entreprise
La taxe sur les dividendes est une mesure "ubuesque", cingle un chef d'entreprise
INVITÉ RTL - Philippe Barbier, président de Pomona, dénonce la taxe sur les dividendes décidée sous François Hollande.
https://www.rtl.fr/actu/politique/la-taxe-sur-les-dividendes-est-une-mesure-ubuesque-cingle-un-chef-d-entreprise-7790872796
2017-11-08 23:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p9L7w53mgtDCyLPw2JOqXQ/330v220-2/online/image/2017/0707/7789246697_le-ministere-de-l-economie-et-des-finances-communement-appele-bercy-le-15-mars-2013.jpg