1 min de lecture Réseaux sociaux

La loi contre la haine sur internet est "un recul terrible", selon Le Pen

INVITÉE RTL - À partir de juillet, les plateformes et les moteurs de recherche auront l'obligation de retirer sous 24 heures les contenus "manifestement" illicites, sous peine d'être condamnés à des amendes allant jusqu'à 1,25 million d'euros.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Marine Le Pen Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

Le Parlement a adopté définitivement, via un ultime vote de l'Assemblée à main levée, la proposition de loi de Laetitia Avia (LaREM) visant à "mettre fin à l'impunité" de la haine en ligne, un texte jugé "liberticide" par ses détracteurs.

Les députés se sont prononcés par 355 voix pour, 150 contre et 47 abstentions sur ce texte qui prévoit à partir de juillet pour les plateformes et les moteurs de recherche l'obligation de retirer sous 24 heures les contenus "manifestement" illicites, sous peine d'être condamnés à des amendes allant jusqu'à 1,25 million d'euros. Sont visées les incitations à la haine, la violence, les injures à caractères racistes ou encore religieuses.

Cette loi est qualifiée par Marine Le Pen comme étant "l'un des pires reculs concernant la liberté d'expression depuis 200 ans". Lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, la présidente du Rassemblement national estime que l'on "privatise la censure". 

C'est un recul terrible et ça démontre que Macron et sa majorité ont un vrai problème avec les libertés

Marine Le Pen
Partager la citation

"On va demander aux plateformes de déterminer ce qu'est ou non un contenu haineux et on va pousser des minorités à s'organiser pour signaler des contenus qui politiquement leur déplaisent et ne sont pas haineux (...) Les plateformes vont anticiper la censure, elles enlèveront l'intégralité de ce qui est signalé, plutôt que de prendre le risque d'être sanctionnée financièrement". 

À lire aussi
La ville de Téhéran, en Iran. Iran
Iran : une adolescente sauvagement tuée par son père, le débat sur les lois patriarcales relancé

Selon la députée, "la liberté d'expression, c'est d'avoir la liberté de tenir des propos qui choquent ou qui heurtent tout ou une partie de la population (...) C'est un recul terrible et ça démontre qu'Emmanuel Macron et sa majorité ont un vrai problème avec les libertés".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Assemblée nationale Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants