2 min de lecture La France insoumise

La France Insoumise s'oppose au lancement en France de Starlink, l'Internet d'Elon Musk

Des députés du groupe La France Insoumise ont déposé un amendement au projet de loi contre le dérèglement climatique pour contrer le déploiement du réseau d'Internet satellitaire qui doit être commercialisé prochainement en France par Elon Musk.

Elon Musk travaille à la conception d'une interface homme-machine via sa startup Neuralink
Elon Musk travaille à la conception d'une interface homme-machine via sa startup Neuralink Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Le lancement commercial du service d'Internet par satellite d'Elon Musk ne fait pas l'unanimité en France. Des députés du groupe La France Insoumise ont profité de l'ouverture de l'examen du projet de loi contre le dérèglement climatique ce mardi 8 mars pour déposer un amendement visant à bloquer le déploiement de Starlink dans l'Hexagone.

Repéré par Numerama, le texte en question est porté par les 17 membres du groupe parlementaire de gauche, dont son leader Jean-Luc Mélenchon. Il vise à mettre en place un moratoire et à mener en parallèle une consultation nationale auprès des Français sur le sujet.

"Un moratoire sur le déploiement de Starlink sur le territoire français est décrété. Ce projet ne pourra être relancé qu’à la condition d’un avis favorable de la population française, résultant d’une consultation nationale menée à travers tout le territoire français pendant au moins un an", peut-on lire dans l'exposé du texte.

Lancé en 2018, le projet Starlink vise à connecter toutes les régions du globe en Internet à haut-débit à la faveur d'une constellation de petits satellites situés en orbite basse de 550 à 1.000 kilomètres d'altitude. Près d'un millier de satellites ont déjà été mis en orbite. Le réseau devrait en compter 42.000 d'ici six ans afin de mailler le ciel et remédier aux besoins de connectivité des régions qui n'ont pas accès au haut débit.

Une source de pollution lumineuse

À lire aussi
espace
VIDÉO - SpaceX fait encore exploser une fusée Starship à l'atterrissage

Pour les Insoumis, le déploiement en orbite basse des dizaines de milliers de satellites de la constellation Starlink est une source de pollution lumineuse qui contribue à remettre en cause le droit à l'obscurité, perturbe le travail des astronomes professionnels et fait augmenter le risque de collision avec d'autres dispositifs. Les députés rappellent d'ailleurs qu'un satellite européen a dû manœuvrer pour éviter un des premiers satellites Starlink en septembre 2019.

"Elon Musk a reconnu ces problèmes et assure le prendre en compte à l'avenir. L'utilisation privée et lucratique de l'espace, res nullus dans la tradition républicaine, tout comme les grands choix technologiques ne doivent pas faire l'économie d'un débat large, éclairé et partagé", écrivent les députés.

Ces griefs font écho aux protestations entendues dans les localités où des stations relais ont été installées pour permettre aux satellites Starlink de se connecter au réseau terrestre. Dans la baie du Mont-Saint-Michel, notamment, le maire de Saint-Senier-de-Beuvron s'oppose au déploiement du service par précaution car il s'inquiète pour ses terres agricoles. De nombreux chercheurs ont également dénoncé la pollution lumineuse générée par les satellites Starlink ces derniers mois.

Ces résistances ne devraient cependant pas contrecarrer outre-mesure les plans d'Elon Musk qui commercialise déjà le service en Amérique du Nord et souhaite le pousser dans toutes les régions du globe d'ici l'année prochaine. En France, Starlink a reçu le feu vert de l'Arcep le mois dernier pour exploiter les fréquences des stations passerelles et des terminaux utilisateurs du service. Et l'amendement des députés de La France Insoumise a peu de chances d'être conservé dans le texte final par la majorité parlementaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Internet Jean-Luc Mélenchon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants