1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "La Fête de l'Humanité est devenue un gigantesque speed-dating électoral", constate Alba Ventura

"La Fête de l'Humanité est devenue un gigantesque speed-dating électoral", constate Alba Ventura

ÉDITO - L'édition 2016, qui a refermé ses portes dimanche 11 septembre, a une fois de plus été très réussie sur le plan festif. En a-t-il été de même sur le plan politique ?

La Fête de l'Huma, un événement festif comme un autre pour trois-quarts des Français
La Fête de l'Huma, un événement festif comme un autre pour trois-quarts des Français
"La Fête de l'Humanité est devenue un gigantesque speed-dating électoral", constate Alba Ventura
02:55
"La Fête de l'Humanité est devenue un gigantesque speed-dating électoral", constate Alba Ventura
02:58
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

C'est le problème de la Fête de l'Huma. Il y a du monde, c'est sympathique, ça sent la merguez, mais c'est la fête d'un parti qui ne pèse plus. La Fête de l'Huma, c'est l'auberge espagnole. Vous y mangez ce que vous y apportez : pour certains, la nostalgie du temps passé ; pour d'autres, l'espoir d'un soutien des communistes à la présidentielle ; pour d'autres encore, l'illusion d'influer un peu. La Fête de l'Humanité n'a plus la résonance politique qu'elle avait.

Aujourd'hui, c'est surtout une scène de concerts. Comme le disait Laurent Voulzy ce week-end, "cette fête est dépolitisée". À tel point que le Parti communiste ne tire aucun profit du succès de ce rendez-vous. Le sondage Odoxa publié dimanche 11 septembre est d'ailleurs terrible pour le PCF. C'est un parti impopulaire : 76% des sondés en ont une mauvaise opinion. Et 68% estiment même que c'est un parti qui appartient au passé.

Le PCF, une structure utile pour un candidat

Le Parti communiste aimerait bien encore peser à la présidentielle, mais il ne peut point. Il n'a pas de candidat, il n'a plus de figure marquante. En revanche, c'est une structure utile pour un candidat. Il a des militants et des élus. Malgré toutes ses déroutes électorales et son impopularité, le PCF reste une force politique impressionnante avec 70.000 adhérents et quelques 200 élus. Accessoirement, ça compte pour les parrainages à la présidentielle.

C'est pour cela que ce week-end pas moins de quatre prétendants à la présidentielle ont défilé à la Fête de l'Huma : Jean-Luc Mélenchon, parti tout seul qui joue à l'homme providentiel ; Benoît Hamon, engagé dans une primaire socialiste ; Cécile Duflot, engagée elle, dans une primaire Europe Écologie - Les Verts ; et Arnaud Montebourg, qui se demande s'il doit passer par une primaire, au risque d'être en compétition avec François Hollande, ou tracer directement sa route vers 2017.

Chacun sa route, chacun son destin

À lire aussi

Si tous parmi ces quatre rêvent d'être celui qui défiera François Hollande avec le soutien des communistes, pour l'instant c'est chacun pour soi. Les communistes ont beau appeler à une candidature commune, ce que l'on entend surtout c'est "choisissez-moi", "soutenez-moi". À part leur anti-hollandisme et la lutte contre la loi travail qui les rassemblent, c'est chacun sa route, chacun son destin. Et pas question de s'unir derrière untel ou unetelle.

Chacun était là pour s'attirer les bonnes grâces des militants communistes. Ce défilé de candidats, c'était une grande opération de drague des communistes. En fait, la Fête de l'Huma est devenue un gigantesque speed-dating électoral ce week-end. Et ce alors que les sondages répètent pourtant, les uns après les autres, qu'en l'état actuel des choses, quel que que soit le candidat, la gauche sera éliminée dès le premier tour.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/