1 min de lecture IVG

L'IVG est un "parcours du combattant", dit Cécile Muschotti, députée LaREM

INVITÉE RTL - Cécile Muschotti, députée LaREM du Var, a participé à l'élaboration d'un rapport recommandant d'allonger de deux semaines le délai de recours à l'IVG.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Allongement du délai de recours à l'IVG : avorter est un "parcours du combattant", selon Muschotti Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Zafimehy

18 mois de travail, 25 recommandations. Mercredi 16 septembre, le Sénat a adopté à l'unanimité un rapport préconisant de nouvelles mesures concernant les modalités d'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Parmi elles : celle d'allonger le délai de recours à l'avortement, le faisant passer de douze à quatorze semaines de grossesse. 

Ce rapport qui devrait aboutir à une proposition de loi, est "une juxtaposition de leviers qui doit permettre que ce parcours du combattant n'existe plus, a expliqué Cécile Muschotti, députée LaREM du Var qui a participé à son élaboration, et que le droit d'une femme à l'IVG soit effectif parce que ce n'est absolument pas la réalité."


Dans cette perspective, l'allongement du délai "fait partie" des recommandations, mais il s'ajoute à d'autres préconisations comme celle de permettre aux sages-femmes de pratiquer des IVG chirurgicales. "Il faut savoir que les sage-femmes qui pratiquent les accouchements sont en capacité de pouvoir pratiquer cet acte-là", indique Cécile Muschotti. Il s'agirait qu'un médecin soit disponible en gage de sécurité.

L'impact de la crise sanitaire

Le coronavirus a conduit les parlementaires à prolonger leur rapport. "Nous voulions évaluer les effets d'une crise sanitaire sur l'accès à une demande d'IVG, insiste Cécile Muschotti. En temps normal l'IVG est loin malheureusement d'être considérée comme une urgence (...) alors en temps de crise avec la Covid ça a été plus compliqué, d'où cette notion d'allongement du délai."

À lire aussi
IVG (Illustration) avortement
IVG : un rapport parlementaire veut étendre son accès jusqu'à 14 semaines de grossesse

Pendant le confinement, les professionnels de santé avaient déjà alerté sur les conditions d'accès à l'IVG et pointaient le risque d'être contraints de devoir pratiquer des interventions, le délai passé. Le délai de recours à l'IVG médicamenteuse - et non chirurgicale - avait alors été allongé à 9 semaines.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
IVG Avortement Égalité hommes-femmes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants