3 min de lecture Polémique

"L'affaire Darmanin suscite l'inquiétude dans la majorité", décrypte Alba Ventura

ÉDITO - Le ministre de l'Action et des Comptes publics dénonce une "nouvelle calomnie" après la plainte pour abus de faiblesse. De son côté, le gouvernement rappelle qu'un ministre peut rester à son poste tant qu'il n'est pas mis en examen.

Micro RTL générique L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"L'affaire Darmanin suscite l'inquiétude dans la majorité", décrypte Alba Ventura Crédit Image : AFP / Ludovic Marin | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

L'affaire suscite forcément de l'inquiétude dans la majorité. Je vous livre la remarque d'un député de La République En Marche : "En ce moment, nous avons un problème sur le sujet du pouvoir d'achat. Le ministre qui devrait être sur tous les plateaux de télé et de radio pour faire de la pédagogie, c'est Gérald Darmanin, et il n'est pas là !"

On voit bien qu'au-delà de savoir ce qu'il y a derrière ces plaintes - est-ce que c'est vrai, est-ce que c'est faux ? -, la majorité redoute que ces affaires entravent la capacité du ministre à communiquer et surtout à agir. Je peux vous dire que certains députés vont même jusqu'à espérer que le ministre se mette en retrait pour protéger le président de la République.

Emmanuel Macron a mis en garde contre "La République du soupçon". Parce que comme chacun sait, le soupçon est un poison, comme la rumeur est un poison. Mais cette "République du soupçon", pardon, mais elle n'est pas seulement le fait des médias, comme l'entend le chef de l'État.

"République du soupçon" à géométrie variable

Cette "République du soupçon", chacun l'alimente un peu à sa façon. Cette "République du soupçon", elle est à géométrie variable. Je m'explique. Regardez : lors de la première plainte pour viol contre Gérald Darmanin, le Président comme le premier ministre ont exprimé leur pleine "confiance" envers le ministre. Lors de la deuxième plainte pour abus de faiblesse, Édouard Philippe a appelé "à respecter la parole de la plaignante ainsi que la présomption d'innocence".

À lire aussi
Une adolescente qui utilise son téléphone (photo d'illustration). smartphone
Smartphones : la liste noire des portables qui émettent trop d'ondes électromagnétiques

Donc, dans un premier temps on fait "confiance" au ministre, et on ne fait pas mention de la plaignante. Et dans un deuxième temps, la plaignante est apparue et la confiance a disparu. Les éléments de langage ne sont plus les mêmes.

Qu'est-ce qu'il faut comprendre ? Que l'exécutif est devenu prudent ? Que la République du soupçon a gagné les rangs du gouvernement ? Est-ce qu'il faut comprendre que cela fragilise la jurisprudence Balladur, cette règle selon laquelle un ministre peut rester au gouvernement tant qu'il n'est pas mis en examen ?

Une règle qui, je le rappelle, a déjà été ébranlée au moment des affaires BayrouFerrand et Sarnez, qui ont dû démissionner avant même qu'une enquête ne soit ouverte contre eux.

Casse-tête juridique et dimension morale

Une situation très embarrassante pour l'Élysée ? Ah ce n'est pas un petit caillou dans la chaussure ! Il y a non seulement ce casse-tête juridique : est-ce que la règle dont on vient de parler, qui n'a pas été appliquée pour Bayrou ou Ferrand, peut tenir pour Darmanin ? Mais il y a aussi la dimension morale. On est sur des accusations de chantage sexuel.

Par ailleurs,  il n'y a pas que Darmanin. Nicolas Hulot s'est défendu la semaine dernière contre une plainte pour agression sexuelle - une plainte classée sans suite et prescrite. Alors rien ne dit que les ministres sont coupables. Rien ne dit non plus que la parole des plaignantes est parole d'Évangile.

Mais voilà deux ministres, deux piliers du gouvernement - d'un côté celui qui fut une prise de guerre à droite, et de l'autre l'écolo le plus demandé en haut lieu - qui se retrouvent dans la tourmente. L'un qui se défend contre la "rumeur" ; l'autre, contre la "calomnie". Comme le dit Marlène Schiappa, la ministre à l'Égalité entre les femmes et les hommes, "ce n'est pas une situation très agréable".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Gérald Darmanin Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792285471
"L'affaire Darmanin suscite l'inquiétude dans la majorité", décrypte Alba Ventura
"L'affaire Darmanin suscite l'inquiétude dans la majorité", décrypte Alba Ventura
ÉDITO - Le ministre de l'Action et des Comptes publics dénonce une "nouvelle calomnie" après la plainte pour abus de faiblesse. De son côté, le gouvernement rappelle qu'un ministre peut rester à son poste tant qu'il n'est pas mis en examen.
https://www.rtl.fr/actu/politique/l-affaire-darmanin-suscite-l-inquietude-dans-la-majorite-decrypte-alba-ventura-7792285471
2018-02-16 07:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rNxfVFJ1PxTcM_us6VlICA/330v220-2/online/image/2018/0216/7792285631_le-ministre-de-l-action-et-des-comptes-publics-gerald-darmanin-le-24-janvier-2018-a-paris.jpg