1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Vincent Placé présente ses excuses pour son comportement
1 min de lecture

Jean-Vincent Placé présente ses excuses pour son comportement

L'ancien secrétaire d'État comparaîtra devant le tribunal le 11 juillet pour "violences", "injures à caractère racial" et "outrage à agents".

Jean-Vincent Placé à l'Assemblée nationale en juin 2016
Jean-Vincent Placé à l'Assemblée nationale en juin 2016
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Jean-Vincent Placé présente ses excuses pour son comportement
04:57
Jean-Vincent Placé présente ses excuses pour son comportement
04:46
micros
La rédaction numérique de RTL

C'est une soirée arrosée qui a manifestement mal tourné. Le 5 avril dernier, Jean-Vincent Placé a fini sa nuit au poste de police. Il comparaîtra au tribunal correctionnel le 11 juillet prochain pour des "violences", "injures à caractère racial" et "outrage à agents". Ce mercredi 11 avril, l'ancien secrétaire d'État sous le quinquennat de François Hollande fait son mea culpa dans Paris Match.

"Je mesure bien la honte et l'indignité d'avoir été en état d'ébriété, d'avoir eu un comportement déplacé et inconvenant. J'en paierai les conséquences. Je le dois à ma famille auprès de laquelle je m'excuse aussi", déclare l'ex-sénateur de l'Essonne dans les colonnes de l'hebdomadaire. 

L'homme politique fait également oeuvre d'introspection en analysant son comportement au cours des mois passés. À propos des 37 heures de garde à vue qu'il a effectuées, Jean-Vincent Placé estime qu'il a eu le temps de réfléchir. "J'ai réalisé que, dans les derniers mois, j'avais bu excessivement en diverses circonstances. Il y a eu des excès, de l'alcoolisme. J'assume le mot. C'est une maladie, l'alcoolisme", poursuit-il, assurant qu'il va se "soigner".

Jean-Vincent Placé réfute en revanche les accusations de racisme à l'encontre du videur du bar du VIe arrondissement qu'il fréquentait le soir de son interpellation. D'après les récits de cette soirée mouvementée, il aurait insulté une cliente d'un bar où il se trouvait avec un ami sénateur centriste qui, lui, n'a pas été mis en cause.  

À écouter aussi

L'ex-secrétaire d'État, actuellement conseiller régional d'Île-de-France, aurait proposé à la jeune femme de l'argent pour danser avec cet ami, ce qu'elle aurait refusé avant de le repousser devant son insistance. Le videur du bar a alors mis à la porte l'ancien sénateur qui, se présentant comme ministre, l'a menacé "de le renvoyer chez lui" en référence aux origines étrangères de cet employé, a relaté une source policière.  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/