1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Marc Ayrault est l'invité de RTL
1 min de lecture

Jean-Marc Ayrault est l'invité de RTL

INVITÉ RTL - Le ministre des Affaires étrangères répondra aux questions de Élisabeth Martichoux, dès 7h45.

Jean-Marc Ayrault le 12 décembre 2016 au Conseil "Affaires étrangères" de l'Union européenne à Bruxelles
Jean-Marc Ayrault le 12 décembre 2016 au Conseil "Affaires étrangères" de l'Union européenne à Bruxelles
Crédit : Sierakowski/ISOPIX/SIPA
Jean-Marc Ayrault, invité de RTL, vendredi 16 décembre
10:32
Jean-Marc Ayrault : "À chaque fois qu'on prend une bonne décision, c'est électoraliste"
00:35
Jean-Marc Ayrault : "Fillon découvre la réalité du dossier ou quoi ?"
01:33
Jean-Marc Ayrault "ne donne aucune consigne de vote" pour la primaire de la gauche
00:38
Syrie : Ayrault rappelle qu'il est nécessaire de discuter avec le régime
10:49
Eleanor Douet
Eléanor Douet
Journaliste

Après plusieurs jours de chaos et de confusion, l'évacuation des civils à débuté à Alep-Est. En début de semaine, les derniers quartiers rebelles, refusaient toujours de céder face à l'intensité des bombardements russes et syriens. Selon les mots de l'ONU, des "atrocités" avaient été commises dans le dernier bastion de la rébellion, débutée en 2011. Une situation vivement dénoncée par le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault, qui est l'invité de RTL, ce 16 décembre.

Les premiers bus et ambulances transportant des blessés et des civils ont quitté jeudi 15 décembre en début d’après-midi les quartiers rebelles d’Alep. Cette évacuation devrait rapidement sceller la victoire du régime. 50.000 personnes, dont 40.000 civils seraient toujours retenus à Alep-EstFrançois Hollande a affirmé jeudi soir à Bruxelles qu'il "n'imagin(ait) même pas" que la Russie puisse s'opposer à la "résolution humanitaire" que la France entend désormais faire adopter par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Des sanctions de l'Union européenne font "partie des options qui pourraient être ouvertes" mais "nous n'en sommes pas là", a poursuivi le chef de l'État devant la presse, à l'issue d'un sommet européen. Selon lui, toutefois, "le Conseil européen aurait à se prononcer dans les prochaines semaines" en cas de nouvelles "violations des droits humanitaires les plus élémentaires".

>> Suivez l'interview dans #RTLMatin en direct sur RTL et en vidéo sur RTL.fr

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/