3 min de lecture Polémique

Immigration, Syrie : "Wauquiez joue un numéro d'équilibriste bancal", juge Alba Ventura

ÉDITO - La droite fait feu de tout bois contre le projet de loi "Asile et immigration", examiné à l'Assemblée nationale. Sur le sujet comme sur d'autres, Laurent Wauquiez semble indexé à la réussite ou pas du président Macron.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Immigration, Syrie : "Wauquiez joue un numéro d'équilibriste bancal", juge Alba Ventura Crédit Image : AFP / Eric FEFERBERG | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Expulsion de 300.000 clandestins sur le quinquennat, retour de la double peine, plafond d'immigrés et - comme l'a annoncé mercredi 18 avril Laurent Wauquiez sur RTL - remise en cause du droit du sol. C'est le retour de la droite/centre-droit des années 90 (RPR et UDF). Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing ne disaient pas autre chose à l'époque.

Souvenez-vous du discours de Jacques Chirac, en 1990, sur "le bruit et l'odeur", lors des états généraux du RPR sur l'immigration. Chirac qui prétendait vouloir "sortir de la langue de bois habituelle au sujet des immigrés pour ne pas laisser à Jean-Marie Le Pen le monopole de ces sujets". C'était bien avant la "fracture sociale" pour se faire élire en 1995.

Quant à Valéry Giscard d'Estaing, il expliquait, en 1991 dans Le Figaro Magazine, que "le problème auquel nous avons à faire se déplace de celui de l’immigration vers celui de l'invasion". VGE qui proposait par ailleurs de "substituer le droit du sang à celui du droit du sol". C'est d’ailleurs l'esprit des lois Pasqua-Méhaignerie qui viendront durcir l'accès à la nationalité en 1993, après la victoire de la droite aux législatives.

À lire aussi
François-Henri Pinault et Arnaud Arnault politique
Dons pour Notre-Dame : "Les fureurs idéologiques l'emportent", dit Mazerolle

Wauquiez en quête de la bonne équation

Plus près de nous, en 2016, Nicolas Sarkozy a lui aussi voulu remettre en cause le droit du sol. Il faisait la même proposition que Laurent Wauquiez, à savoir "pas de droit du sol pour les enfants de sans-papier".

Bon, on a eu un peu de mal à le suivre. Parce qu'entre 2003 et 2012, il disait le contraire. Il disait : "Le droit du sol, c'est la France". Mais ça c'était sa période "petit Français de sang mêlé". Ça lui a réussi en 2007, pas en 2012.

Mais pour revenir à Laurent Wauquiez, il s'inscrit dans la tradition de la droite française des années 90. En s'appuyant notamment sur ce sondage publié par l'institut Polling Vox, selon lequel près 70% des Français jugent que l'immigration a un rôle négatif.

Marine Le Pen, elle, veut carrément supprimer le droit du sol. Laurent Wauquiez est un petit cran en-dessous. Mais il est là le problème pour Wauquiez : trouver la bonne distance, la bonne équation entre ceux de son parti qui veulent des alliances avec le Front national et ceux qui veulent garder le droit du sol. Être proche du FN, mais pas trop, pourvu que ce soit à l'opposé de Macron.

C'est comme sur l'Europe. Il pense pouvoir tenir une "position centrale", comme il dit, suffisamment éloignée du FN et de Mélenchon, mais à l'opposé de Macron.

Le patron de LR peine à donner de la voix

S'opposer au Président coûte que coûte. Comme sur les frappes en Syrie. Qui peut croire une seconde qu'un président de droite aurait affirmé être contre les frappes en Syrie ? Gérard Larcher, le président du Sénat, a soutenu le président Macron.

Sur tous les sujets, Laurent Wauquiez joue à ce numéro d'équilibriste un peu bancal. Le dernier sondage Ifop pour Paris-Match est d’ailleurs terrible. Laurent Wauquiez est crédité de 8% dans un scénario de premier tour de présidentielle. Alors bien sûr ça ne veut pas dire grand-chose, parce que la présidentielle est encore loin. Mais cela donne une ambiance.

Cela montre que le patron de LR a pour l'instant du mal à donner de la voix, à s'affirmer comme un opposant crédible. C'est comme s'il était indexé à la réussite ou pas du président Macron ! "Je règle mon pas face à celui de Macron" : cela ne fait pas un projet sérieux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Laurent Wauquiez Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793074289
Immigration, Syrie : "Wauquiez joue un numéro d'équilibriste bancal", juge Alba Ventura
Immigration, Syrie : "Wauquiez joue un numéro d'équilibriste bancal", juge Alba Ventura
ÉDITO - La droite fait feu de tout bois contre le projet de loi "Asile et immigration", examiné à l'Assemblée nationale. Sur le sujet comme sur d'autres, Laurent Wauquiez semble indexé à la réussite ou pas du président Macron.
https://www.rtl.fr/actu/politique/immigration-syrie-wauquiez-joue-un-numero-d-equilibriste-bancal-juge-alba-ventura-7793074289
2018-04-19 07:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0KTfXauS_T6m8zgeAZSB5A/330v220-2/online/image/2018/0419/7793074471_laurent-wauquiez-president-de-lr-le-18-avril-2018.jpg