1 min de lecture Politique

Harcèlement sexuel : "Il y a des abus", dit le député Christophe Arend

INVITÉ RTL - Le député Christophe Arend est accusé d'harcèlement sexuel et d'agression sexuelle par une de ses anciennes collaboratrices. Le procès de cette dernière pour dénonciation calomnieuse a été reporté.

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
Harcèlement sexuel : "Il y a des abus", dit le député Christophe Arend Crédit Image : Jacques Witt/SIPA | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier

Le député La République en Marche, Christophe Arend, prend la parole alors que le procès d'une de ses anciennes collaboratrices, poursuivie pour dénonciation calomnieuse, devait se tenir ce vendredi 5 octobre mais a été reporté. Cette dernière a de nouveau déposé plainte contre l'élu pour harcèlement et agression sexuelle. Au micro de RTL, Christophe Arend se dit "serein" car "on savait depuis le mois de janvier que mon accusatrice menaçait de déposer une nouvelle plainte". 

La plainte de la jeune femme avait été classée sans suite fin novembre 2017 par le procureur de la République de Sarreguemines (Moselle). Mais, pour lui, le regard des autres et les interrogations restent difficiles à vivre : "Les gens qui me connaissent m'ont soutenu depuis le début", affirme-t-il. Un an après l'affaire Weinstein, le député se place-t-il dans la catégorie des victimes de ces élans de dénonciations ? "Je ne suis pas une victime, mais il est clair qu'il y a des abus, qui sont contre-productifs", répond Christophe Arend au micro de RTL.

Ces vraies victimes ont du mal à aller vers la justice

Christophe Arend
Partager la citation

"Les vraies victimes ce sont les vraies femmes qui subissent du harcèlement au quotidien. Ces vraies victimes ont du mal à aller vers la justice, vers les autorités, parce qu'il y a des personnes qui instrumentalisent et la justice, et les médias, pour diverses raisons", ajoute le député.

Alors que le procès a été reporté, Christophe Arend espère "que la justice se rende froidement, sorte des passions et se rende en fonction des données réelles" et affirme que son objectif n'est pas la vengeance ni le règlement de comptes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Harcèlement Agression sexuelle
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants