1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Guerre en Ukraine : Ségolène Royal revient sur ses propos niant les victimes du bombardement d'une maternité
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : Ségolène Royal revient sur ses propos niant les victimes du bombardement d'une maternité

VU DANS LA PRESSE - Ségolène Royal avait déclaré sur un plateau TV que le bombardement de la maternité de Marioupol n'avait fait aucune victime. "C'est une erreur", explique-t-elle.

Ségolène Royal, le 14 octobre 2018
Ségolène Royal, le 14 octobre 2018
Crédit : Mario FOURMY/SIPA
Robinson Hollanders

"Tout le monde le sait qu’il y a une propagande de guerre par la peur. Ne serait-ce que le premier événement qui a été dit, la maternité bombardée", avait commencé à expliquer Ségolène Royal sur le plateau de BFM TV

"Il a dit : 'J’ai rencontré une femme enceinte qui m’a dit, vengez-moi'", a-t-elle raconté en référence au président Zelenski. "Il a été incapable de donner le nom de cette femme, on n’a pas su le nom des victimes. Et vous pensez bien que s’il y avait eu la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables, on les aurait eues", avait-elle assuré.  

Ségolène Royal, interrogée par Check News, revient sur ses propos : "Je me suis trompée". Ces propos ont fait réagir de très nombreux observateurs, étant donné que le bombardement de la maternité de Marioupol a été largement documenté. Ces quelques phrases ont également été la cible d'une récupération politique importante.

Elle reconnaît avoir mal répondu à la question du journaliste. "En m’exprimant schématiquement, j’ai pu laisser croire que je disais qu’il n’y avait pas du tout de victime. C’est une erreur, je le reconnais, et je m’en suis excusée auprès des victimes. Je n’ai qu’un seul objectif : qu’un processus de paix et de médiation s’engage."

"Je pense que j’ai été marquée par les propagandes précédentes"

À écouter aussi

Malgré ces précisions apportées à Check News, Ségolène Royal maintient son argumentaire sur la propagande ukrainienne qui participerait à interrompre "le processus de paix". "Ce qu'on a compris c’est que la maternité était en activité, mais ce n’était pas le cas. Il n’y a pas eu de preuve de massacre de dizaines de bébés", explique-t-elle à Check News. Mais les journalistes de Libération précise, à juste titre, qu'à leur "connaissance, aucun média occidental n’a rapporté le massacre de "dizaines de bébés". 

Pour Ségolène Royal, la propagande, telle que l'instrumentalisation de drame lors de conflits armés, est un obstacle au processus de paix : "Je pense que j’ai été marquée par les propagandes précédentes", notamment dans la deuxième guerre d'Irak, initiée sur de la désinformation. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire