1 min de lecture Immigration

Grand débat : l'immigration, une "préoccupation minoritaire" pour les Français

Seulement 5.000 contributions sur les 135.000 recensées portaient sur ce thème. Dans ses conclusions révélées lundi 8 avril au Grand Palais, Édouard Philippe ne l'a même pas évoqué.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Grand débat : l'immigration, une "préoccupation minoritaire" pour les Français Crédit Image : Philippe LOPEZ / AFP | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier édité par Léa Stassinet

Dans sa lettre aux Français de janvier dernier, Emmanuel Macron y avait pourtant consacré un paragraphe. Mais depuis, le sujet de l'immigration n'apparaît plus dans les débats. Le chef de l'État avait évoqué des quotas dans ce long texte censé fixer un cadre au grand débat national. Mais pas un mot hier dans les conclusions, certes très résumées d'Édouard Philippe au Grand Palais. 

"Les annonces peuvent attendre", explique de son côté l'Élysée. D'après l'entourage du chef de l'État, le grand débat a montré qu'il n'y avait pas d'urgence sur ce thème. L'immigration se retrouve dans la case "préoccupations minoritaires". À peine 5.000 contributions sur les 135.000 recensées portent sur le sujet. 

En plus, les Français sont partagés : il y a ceux qui veulent améliorer l'accueil des réfugiés et ceux qui veulent le durcir. Dans sa lettre aux français, le président de la République avait certes demandé comment répondre a ce défi qui va durer, mais d'après le député LaREM du Val-d'Oise Aurélien Taché, tout ça peut attendre les élections européennes.

On fantasme beaucoup sur ce que pensent réellement nos concitoyens

Aurélien Taché, député LaREM du Val-d'Oise
Partager la citation

"Je ne vois aucune urgence à prendre des décisions en matière d'immigration. C'est au niveau européen que l'on a besoin de construire un droit d'asile, de mieux protéger nos frontières. Encore une fois, on fantasme beaucoup sur ce que pensent réellement nos concitoyens", estime l'élu. 

À lire aussi
Marine Le Pen à Fréjus, le 15 septembre 2019 Présidentielle 2022
Marine le Pen, "Plus forte qu'en 2017, mais aussi plus seule", selon Olivier Bost

"Pour autant, Emmanuel Macron ne veut pas donner le sentiment que le sujet n'est pas traité", confie un conseiller. Il devrait donc l’évoquer la semaine prochaine. D'ailleurs, plusieurs proches le pressent de s'occuper du droit d'asile et d'immigration économique.
En attendant, le ministère de l'Intérieur planche sur des mesures pour lutter contrer l'immigration irrégulière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Grand débat Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants