1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Goulard et Bayrou ministres : le maire de Cholet qualifie le MoDem de "parti des putes"
1 min de lecture

Goulard et Bayrou ministres : le maire de Cholet qualifie le MoDem de "parti des putes"

Gilles Bourdouleix n'a pas mâché ses mots dans une interview donnée au site identitaire "Breizh Info", notamment à propos du nouveau gouvernement, qu'il juge "comique".

Gilles Bourdouleix, le maire de Cholet.
Gilles Bourdouleix, le maire de Cholet.
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Léa Stassinet

Il avait déjà défrayé la chronique en 2014, et l'histoire s'était même réglée devant les tribunaux. À l'époque, Gilles Bourdouleix, le maire de Cholet était poursuivi pour "apologie de crime contre l'humanité", après une altercation avec les gens du voyage. Il avait déclaré par la suite "Hitler n'en avait peut-être pas tué assez". Pour cette phrase, il avait d'abord été condamné à 3.000 euros d'amende, avant que la cour de Cassation n'annule sa condamnation, estimant que ses propos avaient été tenus "dans des circonstances exclusives de toute volonté de les rendre publics". 

Ce mercredi 31 mai, Gilles Bourdouleix s'est une nouvelle illustré dans un entretien donné au site identitaire Breizh Info, comme l'a repéré Le Lab. Interrogé sur les personnalités de droite qui composent le gouvernement d'Emmanuel Macron, il répond sobrement : "Il n'y en a que deux". Mais quand les noms de Sylvie Goulard et François Bayrou sont évoqués, il s'emporte : "Ce n'est pas la droite, c'est le MoDem, bref le 'parti des putes', qui a appelé à voter Hollande en 2012. La droite a été assez bête pour remettre Bayrou dans la course aux municipales, alors qu'il était cramé, en lui filant la mairie de Pau à laquelle il devait d'ailleurs se consacrer sans en sortir. Ce gouvernement, c'est du comique", ajoute le député-maire. 

Mais Gilles Bourdouleix ne s'arrête pas là. Le premier ministre Édouard Philippe en prend pour son grade, qu'il juge "d'une tristesse", tout comme Emmanuel Macron, "un imposteur". Pour lui, le président de la République est "l'enfant terrible de terrible de la finance et de l'énarchie, ce couple consanguin qui a enfin trouvé son candidat". Le député, qui ne compte pas se représenter aux prochaines législatives, estime que "les Français vont avoir un réveil douloureux. Je ne sais pas s'ils se rendront compte à quel point ils se sont fait bananer". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/