2 min de lecture Élections sénatoriales

Gérard Larcher, un bon vivant et fin tacticien à la tête du Sénat

Le sénateur UMP des Yvelines a été élu sans surprise au "plateau", la présidence du Sénat. Il retrouve cette fonction trois ans seulement après l'avoir quittée.

Gérard Larcher, élu président du Sénat pour la deuxième fois
Gérard Larcher, élu président du Sénat pour la deuxième fois Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marion Dautry
Marion Dautry
et AFP

Le grand maître des arcanes du Sénat est de retour au "plateau" (le petit nom de la présidence du Sénat). Gérard Larcher a été élu sans surprise président du Sénat ce mercredi 1er octobre. Une position qu'il connaît déjà très bien, puisqu'il a déjà occupé ce fauteuil de 2008 à 2011.

Vétéran politique

Son principal adversaire, Jean-Pierre Raffarin, a été évincée la veille du vote, lors de la primaire au sein du groupe des sénateurs UMP. Il faut dire que Gérard Larcher avait préparé le terrain de longue date, en se déclarant candidat dès février et en multipliant les rencontres chaque jours avec les élus locaux et ses pairs sénateurs.

Il connaît très bien le Sénat : son élection dans les Yvelines remonte à 1986. Il avait 36 ans. Sa carrière politique avait débuté trois ans auparavant en remportant la mairie de Rambouillet, où il est constamment réélu. Il renonce à ses mandat pour prendre le portefeuille de ministre du Travail sous la présidence de Jacques Chirac. Il retrouve néanmoins son siège au Sénat dès 2008, où il emporte pour la première fois la présidence.

"Bébé Blédine", un bon vivant et homme de réseaux

Né à Flers dans l'Orne en 1949, Gérard Larcher est élevé à la sauce du RPR qu'il intègre en 1986, auprès de Charles Pasqua et Jacques Chirac. Il se distingue par sa capacité à se faire apprécier de ses pairs, y compris ses adversaire politiques. Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé reconnaît ainsi "un vrai républicain, amical et convivial". Homme de réseaux, il gagne le respect des partenaires sociaux lorsqu'il occupe le ministère du Travail, pour ses capacités d'écoute.

À lire aussi
Sénatoriales en Alabama : pourquoi la défaite républicaine est une claque pour Trump États-Unis
Alabama : pourquoi la défaite républicaine est une claque pour Donald Trump

Gérard Larcher est également un "bon vivant", selon ses propres mots. Amateur de bonne chère, de chevaux (il a été vétérinaire pendant quatorze ans) et de grands crus, il aurait été "couronné bébé Blédine avant de savoir marcher", selon une biographie. Il en plaisante : "J'avais déjà bon appétit".

Attaché à sa vision du Sénat

De retour au "plateau", il milite sur la proximité avec les territoires et défend l'utilité de l'institution à la République. Ce n'est "pas pour les ors du palais" qu'il brigue la présidence. "Tous ceux qui me connaissent savent que j'y suis indifférent", assure-t-il.

Non, il est "atterré par ce qu'est devenu le Sénat : avec Jean-Pierre Bel (le président socialiste sortant) et sa majorité, le Sénat était un bateau en panne". "Faisons la démonstration que le Sénat est utile à la République, indispensable à la représentation des territoires trop souvent oubliés", déclarait-il ainsi sur Twitter le 28 septembre dernier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections sénatoriales Gérard Larcher Sénat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants