1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Front national : une "fracture politique" sépare Marine et Jean-Marie Le Pen, selon Philippe Besson
1 min de lecture

Front national : une "fracture politique" sépare Marine et Jean-Marie Le Pen, selon Philippe Besson

Jean-Marie Le Pen a demandé à la justice d'annuler son exclusion et de le réintégrer au FN, dernier épisode d'un long bras de fer entre le père et sa fille.

Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine au congrès d'été du Front national en septembre 2014 (archives)
Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine au congrès d'été du Front national en septembre 2014 (archives)
Crédit : VALERY HACHE / AFP
Front national : une "fracture politique" sépare Marine et Jean-Marie Le Pen, selon Philippe Besson
30:26

Jean-Marie Le Pen, cofondateur du Front national, banni du parti d'extrême droite l'an dernier après un long bras de fer avec sa fille Marine, a demandé mercredi à la justice d'annuler son exclusion et de le réintégrer au FN. Le tribunal de grande instance de Nanterre rendra sa décision le 17 novembre. La stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen fonctionnera-t-elle ?

Pour Philippe Besson, Marine Le Pen a raison de prendre ses distances avec son père. "Il y a une vraie fracture politique entre les deux [...] Le FN de Jean-Marie Le Pen était un parti libéral. Il est aujourd'hui un parti chevènementiste-mélenchonien sur l'économie. C'était un parti plutôt antisémite, aujourd'hui l'ennemi, c'est l'islam", analyse l'écrivain. Grâce à son nom de famille, Marine Le Pen "n'a pas besoin de parler d'immigration", estime quant à lui Guillaume Perrault. "C'est d'ailleurs pour cela que le père lui en veut. Elle ne lui est pas redevable", estime-t-il.

Politiquement, Jean-Marie Le Pen ne représente plus grand chose

Antoine Leiris

Marine Le Pen n'aurait-elle pas intérêt à replacer son père sur le devant de la scène pour renforcer le Front national ? "Qu'aurait-elle réellement à y gagner ?", s'interroge Antoine Leiris. "Politiquement, il ne représente plus grand-chose", développe le journaliste, persuadé que Jean-Marie Le Pen appellera finalement à voter pour sa fille. 

Quelle que soit la décision du tribunal, la "messe est dite", tranche Jean-Claude Dassier, pour qui Marine Le Pen a réussi son opération. L'immigration demeure la sève du parti frontiste, ils peuvent ainsi se permettre de "jardiner dans le désordre", estime le vice-président de Valeurs actuelles qui critique la piètre qualité du programme économique du parti d'extrême droite. "Je ne pense pas que Marine Le Pen, avec ou sans son père, puisse être élue à la présidentielle", conclut-il.

À lire aussi

On refait le monde avec :
- Jean-Claude Dassier, vice-président de Valeurs actuelles.
- Philippe Besson, écrivain.
- Antoine Leiris, journaliste.
- Guillaume Perrault, journaliste au Figaro.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/