1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "François Hollande est à 4%, je ne vois pas comment il peut remonter", tance Gérard Collomb
2 min de lecture

"François Hollande est à 4%, je ne vois pas comment il peut remonter", tance Gérard Collomb

LE GRAND JURY - Le maire de Lyon ne croit pas à une candidature du président de la République sortant.

Gérard Collomb, invité du "Grand Jury"
Gérard Collomb, invité du "Grand Jury"
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
"Le Grand Jury" de Gérard Collomb (partie 1)
00:26:40
"Le Grand Jury" de Gérard Collomb (partie 2)
00:26:06
Le Grand Jury du 30 octobre 2016
00:53:12
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

La parution du livre Un président ne devrait pas dire ça... et l'enchaînement des polémiques ont-ils eu raison d'une candidature de François Hollande ?  Au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Gérard Collomb est catégorique et brutal. "Je suis, comme beaucoup de Français, un peu désespéré par ce qui se passe au sommet de l'État. (Ce livre) ne peut pas être une bonne méthode. Aujourd'hui, il est à 4% dans les sondages, je ne vois pas comment il pourrait remonter et faire en sorte que la gauche se qualifie au deuxième tour." Le sénateur-maire de Lyon n'est même pas "sûr" que le président sortant s'impose à la primaire, "lieu de toutes les contradictions", face à Arnaud Montebourg.

Gérard Collomb n'a d'yeux que pour Emmanuel Macron, qu'il n'hésite pas à comparer à François Mitterrand. En 1971, ce dernier bâtissait le nouveau Parti socialiste. "Le meilleur chemin, c'est celui que nous avons pris avec Emmanuel Macron : non pas s'adresser à l'intérieur de partis, qui aujourd'hui se réduisent à des appareils, mais aller chercher tous ceux que la politique intéresse. François Mitterrand était à l'extérieur, il a influé le Parti socialiste, redressé la SFIO et en faire un nouveau parti. Je crois que nous sommes exactement dans la même situation."

Les autres candidats de gauche se retireront au profit d'Emmanuel Macron

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

Toutefois, une candidature d'Emmanuel Macron, que Gérard Collomb "souhaite", aux côtés d'un candidat issu de la primaire de gauche serait synonyme d'une élimination garantie. "Je pense que dans les prochaines semaines, quelqu'un va faire le trou dans les sondages, et que l'on verra qu'il est largement en tête. Les autres se retireront au profit d'Emmanuel Macron."

Reste à savoir à quelle date Emmanuel Macron, "le social-réformiste", présentera officiellement sa candidature. Après la primaire de la droite, avant François Hollande, qui doit se prononcer en décembre, ou après la primaire de la gauche ? Gérard Collomb n'en dira (presque) rien. "C'est à lui de choisir le timing. Il y a un an et demi, il n'y avait rien : aujourd'hui 90.000 personnes sont derrière Emmanuel Macron. Dans 15 jours, il dévoilera un certain nombre de propositions (...) Pour François Hollande, ce n'est pas le meilleur moment pour se déclarer candidat. Emmanuel Macron a encore quelque temps devant lui."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.