1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Asselineau s'attaque au "vote utile", un "vote futile"
1 min de lecture

François Asselineau s'attaque au "vote utile", un "vote futile"

VIDÉO - Interviewé sur France 2, le candidat UPR à l'élection présidentielle a enjoint les électeurs à voter selon leurs convictions.

François Asselineau à Lille le 10 mars 2017.
François Asselineau à Lille le 10 mars 2017.
Crédit : Sarah Alcalay/SIPA
Benjamin Pierret
Benjamin Pierret

Il reste six jours aux onze candidats à l'élection présidentielle pour convaincre les électeurs de leur accorder leur voix lors du premier tour. Alors que les sondages présentent Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon comme les favoris, les autres candidats doivent combattre un adversaire plus diffus : le "vote utile". Et François Asselineau fait campagne contre cet ennemi. 

Invité lundi 17 avril des 4 vérités, une séquence de l'émission Télé Matin sur France 2, le candidat de l'Union populaire républicaine (UPR), crédité de moins de 0,5 % d'intention de vote selon un récent sondage, a tenu à faire passer un message "aux téléspectateurs" : "Ne vous laissez pas intimider par les prétendus sondages." Il affirme entendre des électeurs lui dire qu'ils aimeraient bien voter pour lui mais qu'ils n'osent pas : "Vous comprenez, vous avez fait un mauvais score donc je vais voter pour untel ou untel", rapporte-t-il, avant de s'élever contre ce raisonnement : "Le vote utile, c'est un vote futile. Il ne faut pas aller voter pour des gens qui ont tout raté depuis des années. Il faut se mobiliser et voter pour ses convictions." 


Actu - Les 4 vérités : François Asselineau

Une confiance inébranlable

Malgré les prévisions des sondages en sa défaveur, le candidat du Frexit maintient qu'il sera la surprise de ce premier tour : "Je le confirme, et même je l'amplifie." Pour appuyer ces prédictions, il invoque ses réunions publiques, qui ont "beaucoup de succès" : "J'ai rassemblé 1.500 personnes à Lille, 1.300 personnes à Montpellier, 900 personnes à Marseille." Il affirme également percevoir une "très grande ferveur" des gens qui viennent, avant d'adresser un petit tacle au candidat d'"En Marche !" : "Les gens ne s'en vont pas au bout d'un quart d'heure comme chez Macron parce qu'il n'y a rien. Chez moi il y a vraiment beaucoup de contenu."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/