1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. FN : Marine Le Pen veut supprimer le Sénat
1 min de lecture

FN : Marine Le Pen veut supprimer le Sénat

La présidente du parti d'extrême droite ne voit "plus bien à quoi sert aujourd'hui le Sénat".

Marine Le Pen veut croire que la jeunesse est de plus en plus attirée par le FN
Marine Le Pen veut croire que la jeunesse est de plus en plus attirée par le FN
Crédit : AFP / Archives, Martin Bureau
La rédaction numérique de RTL & AFP

"Je pense que dans des temps extrêmement difficiles, où il y a une inflation d'élus, je ne vois plus bien à quoi sert aujourd'hui le Sénat". Marine Le Pen n'y est pas allée avec le dos de la cuillère. La présidente du FN s'est en effet prononcée jeudi 9 janvier pour la suppression du Sénat, au lendemain du rejet par la Haute Assemblée de la demande de levée d'immunité du sénateur UMP Serge Dassault.

Faut-il supprimer le Sénat? "Oui", a asini répondu la patronne du parti d'extrême droite, interrogée par LCI et Radio Classique. "Il y a des pays qui ont opéré la suppression de leur deuxième chambre, par exemple la Suède. Ces pays considéraient que cette double chambre n'était pas un plus sur le plan démocratique, mais un moins", a-t-elle expliqué. "Les sénateurs avaient leur justification lorsqu'ils défendaient les petits maires, or les lois sur les communautés de communes forcées, votées également par les sénateurs, retirent (aux maires) quasiment l'intégralité de leurs droits".

Auparavant, Marine Le Pen avait dénoncé un "scandale" dans ce rejet par le bureau du Sénat de la demande de levée d'immunité du sénateur Serge Dassault, formulée par la justice qui enquête sur des soupçons d'achats de votes à Corbeil-Essonnes (Essonne). "L'ensemble de ces sénateurs préservent deux fois de suite l'immunité de M. Dassault pour des faits que j'appelle de droit commun (...) alors que pour des propos tels que ceux que j'ai tenus sur les prières de rue, ma levée de l'immunité parlementaire a été votée", a déploré l'eurodéputée.

Le Parlement européen a voté début juillet la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, répondant à une demande de la justice française qui souhaite poursuivre la présidente du FN pour avoir assimilé en 2010 les prières de rue des musulmans à une "occupation". D'après la présidente du FN, l'"immunité parlementaire a été détournée de son sens, elle est là pour protéger les amis et pour tenter de condamner ses adversaires politiques". "Mais à chaque fois que les élus français montrent leur vrai visage, je me réjouis", a-t-elle ajouté.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
Flash Actu