1 min de lecture Députés socialistes

Fin de vie : l'Assemblée nationale rejette un nouvelle fois l'aide active à mourir

La possibilité d'une "assistance médicalisée active à mourir" a une nouvelle fois été rejetée lundi soir par l'Assemblée nationale.

Assemblée nationale (illustration)
Assemblée nationale (illustration)
Julien Quelen
Julien Quelen
et AFP

Le débat sur la fin de vie a connu un nouvel épisode, lundi soir, dans l'hémicycle. Les députés on en effet une nouvelle fois rejeté, par 35 voix contre 26, la possibilité d'une "assistance médicalisée active à mourir", soutenue par des socialistes et radicaux de gauche. Par ailleurs, un amendement de l'écologiste Véronique Massonneau en faveur d'une "assistance médicale au suicide" a également été repoussé dans le cadre de la deuxième lecture de la proposition de loi sur la fin de vie. En première lecture, le texte avait déjà été rejeté par 89 voix contre 70

Les députés ont en revanche de nouveau accepté le "droit à la sédation profonde et continue" jusqu'au décès pour les malades incurables et dont le pronostic vital est engagé à court terme. Un autre article de la proposition de loi visant à rendre contraignantes les "directives anticipées" par lesquelles chacun peut stipuler son refus d'un acharnement thérapeutique a également été voté avant la clôture de la séance. L'Assemblée nationale poursuivra mardi en fin de journée la discussion du texte. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Députés socialistes Projet de loi Assemblée nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants