1 min de lecture Justice

Éric Dupond-Moretti s'attaque à la réforme de l'École nationale de la magistrature

Dans un livre publié en 2018, l'avocat devenu depuis ministre de la Justice plaidait pour la suppression pure et simple de l'École nationale de la magistrature.

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti.
Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti.
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Des "grands chantiers" pour réformer l'École nationale de la magistrature (ENM). Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti va dévoiler, ce lundi 21 septembre, les pistes de cette réforme, selon une information du Parisien, confirmée par l'AFP.  

Alors avocat, Éric Dupond-Moretti avait plaidé dans un livre publié en 2018 pour la suppression pure et simple de l'ENM, jugeant cette école "incapable" de former correctement les futurs magistrats. Elle "encaste les jeunes gens dans un moule dont ils ne sortiront jamais", avait-il expliqué. 

Après sa prise de fonctions début juillet, il avait cependant admis qu'il "ne pourrai(t) pas" mener à terme tout ce qu'il "rêverai(t) de faire", citant par exemple la suppression de l'ENM. "Elle est le ferment d'un corporatisme mais ce n'est pas à l'ordre du jour", avait-il expliqué. Une réforme de l'école risque de tendre un peu plus les relations déjà houleuses entre les magistrats et le garde des Sceaux. 

L'affaire des "fadettes"

Vendredi 18 septembre, les deux principaux syndicats de magistrats se sont ainsi émus de l'ouverture d'une enquête administrative visant trois magistrats du parquet national financier (PNF), après un rapport de l'Inspection générale de la justice qui avait pourtant largement dédouané l'institution. 

À lire aussi
Les parents de la petite Marion, Françoise et Michel Wagon, se tiennent près d'une affiche de leur fille, le 14 novembre 1997 à Agen l'heure du crime
Il y a 24 ans, Marion Wagon disparaissait

Le PNF avait été mis en cause pour avoir épluché les relevés téléphoniques détaillés ("fadettes") de ténors du barreau - dont Éric Dupond-Moretti - pour identifier qui aurait pu informer l'ancien président Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute, dans une affaire de corruption. 

L'ouverture de cette enquête constitue "une attaque inédite" de l'institution judiciaire et une "tentative de déstabilisation" du PNF, ont estimé dans une lettre ouverte au président de la République l'Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM). 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Éric Dupond-Moretti
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants