1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Eric Drouet : Philippot dénonce "un ciblage politique contre un mouvement qui dérange"
1 min de lecture

Eric Drouet : Philippot dénonce "un ciblage politique contre un mouvement qui dérange"

Eric Drouet a été remis en liberté cet après-midi après une vingtaine d'heures de garde à vue. Une arrestation jugée choquante par Florian Philippot.

Florian Philippot, invité de RTL (ici dans nos studios le 6 août 2018)
Florian Philippot, invité de RTL (ici dans nos studios le 6 août 2018)
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Eric Drouet : Philippot dénonce "un ciblage politique contre un mouvement qui dérange"
07:37
Eric Drouet : Philippot dénonce "un ciblage politique contre un mouvement qui dérange"
07:32
Philippe Robuchon & William Vuillez

Relâché jeudi, l'un des leaders du mouvement des "gilets jaunes", Eric Drouet avait été arrêté la veille à Paris, pour avoir manifesté près de la place de la Concorde. "Les ordres qui ont été donnés sont manifestement des ordres de brutalité, alors qu'il n'y avait rien. C'était absolument pacifique, d'ailleurs il (ndlr Éric Drouet) est sorti après 20 heures de garde-à-vue sans aucune charge", estime Florian Philippot sur RTL.


Le président des Patriotes dénonce "un ciblage politique, un ciblage contre un mouvement populaire qui dérange énormément le régime d'Emmanuel Macron, qui est un régime de plus en plus autoritaire". Éric Drouet avait invité sur Facebook à "choquer l'opinion publique". "Que la police prenne ses précautions est une chose, mais il y a un état de droit en France, il y a une République", a commenté Florian Philippot.

Le député européen appelle le gouvernement "à retrouver son calme et à apporter des réponses immédiates. Pas qu'il panique et qu'il fasse preuve d'une brutalité qu'on ne lui connait pas quand il s'agit des délinquants en col blanc et des casseurs".

Le fondateur du parti Les Patriotes a déposé il y a quelques semaines la marque "gilets jaunes" dans l'optique des élections européennes. "Pour l'instant nous n'avons pas de réponse de l'INPI. L'objectif étant de secouer le cocotier et de démasquer les macronistes qui voulaient s'accaparer la marque "gilets jaunes"". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/