3 min de lecture Réseaux sociaux

EnjoyPhoenix réclame un journaliste pour pouvoir "rétorquer" à Gabriel Attal

VIDÉOS - La YouTubeuse n'a pas hésité à interroger le porte-parole du gouvernement sur les jeunes en difficulté et a demandé plus de contradictoire.

Gabriel Attal et EnjoyPhoenix
Gabriel Attal et EnjoyPhoenix Crédit : AFP / YouTube
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

La YouTubeuse EnjoyPhoenix n'est pas une journaliste politique et elle ne veut certainement pas devenir un sage instrument de la communication gouvernementale. Lors de l'émission #SANSFILTRE diffusée sur les réseaux sociaux le 24 février 2021, la jeune femme s'est faite remarquée par sa pugnacité et une certaine honnêteté intellectuelle.

Face au porte-parole du gouvernement, qui avait réuni autour de lui des influenceurs pour toucher la jeunesse qui échappe aux médias traditionnels, cette dernière a réclamé la présence de journalistes pour mieux contextualiser certains faits et éventuellement contester plus finement les déclarations du porte-parole. 

"Je ne suis pas journaliste, a lancé Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, à Gabriel Attal. D'ailleurs, je trouverais ça super que la prochaine fois il y ait un journaliste qui soit là pour rétorquer, parce que ce n'est pas mon métier. Je viens juste poser les questions que ma communauté aimerait mettre en avant." L'influenceuse a aussi tenu à faire remonter le mal-être ressenti par ses nombreux fans souvent scolarisés, étudiants ou jeunes actifs. 

Pourtant, les journalistes professionnels, c'est bien ce que voulait éviter le gouvernement. Par un recours accru aux influenceurs sur les réseaux sociaux, l'exécutif espère toucher une cible jeune plus rétive aux médias, pour leur délivrer consignes sanitaires et témoignages de compréhension face à la crise. Le défi des 10 millions de vues lancé par Emmanuel Macron au youtubeurs McFly et Carlito pour un clip appelant à respecter les gestes barrières anti-Covid 19 est le dernier exemple en date de cette nouvelle communication. 

À lire aussi
armée
VIDÉO - "Enquête exclusive" : Mali, au cœur de l’opération Barkhane

Dans un registre hybride, Emmanuel Macron avait donné une longue interview en décembre 2020 au média en ligne Brut, puis a poursuivi les questions-réponses sur Snapchat. Jean Castex, alerté par ses services, a demandé fin janvier à appeler le Youtubeur Gaspard G. qui relayait le mal-être des étudiants dans ses vidéos. Et depuis novembre dernier, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, a instauré un rendez-vous hebdomadaire le dimanche soir d'échanges avec des influenceurs sur Instagram.

"Fermons les Zara et Sephora et ouvrons les facs"

Des personnalités comme EnjoyPhoenix, Tibo in Shape ou Neo ont pris la parole pour permettre au gouvernement de dérouler un argumentaire bien préparé, se faire le porte-voix de leur communauté ou, parfois, bousculer la politique gouvernementale. EmmaCakeCup a trouvé par exemple "génial que Gabriel [Attal] fasse appel à des influenceurs dont les abonnés ne regardent pas forcément la télévision, les discours solennels". Âgée de 24 ans, cette influenceuse "principalement suivie par un public féminin entre 18 et 25 ans" a apprécié l'exercice même s'il s'est accompagné également d'une "vague de haine", entre insultes ("laquais", "collabo") et quelques "menaces de mort".

Autre son de cloche : "les jeunes crèvent la dalle", les "étudiants sont en galère", en "dépression", redoutent des "diplômes en carton", lui ont lancé à tour de rôle EnjoyPhoenix, Fabian, Elise & Julia ou Malek Délégué. "Preneur" de toutes ces "remontées", Gabriel Attal a mis en avant les "dispositifs" existants : "plan jeunes", offre de "30.000 stages", "repas à un euro", "chèque psy" pour les étudiants... "C'est faux de dire qu'il y a une génération sacrifiée aujourd'hui, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de jeunes dans la galère", a-t-il répondu.

Il faudra attendre quelques sondages pour savoir si les 200.000 internautes qui se sont connectés sur Twitch pour assister à ce débat ont été convaincu par le message gouvernemental ou s'ils rejoindront les mines parfois circonspectes et les critiques de leurs idoles. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Gouvernement Jeunesse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants