2 min de lecture Emploi

Emploi des jeunes : "Ce sera le grand échec de François Hollande", note Alba Ventura

ÉDITO - Le chef de l'État a-t-il laissé tomber les jeunes, pourtant au cœur de son programme présidentiel ?

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Emploi des jeunes : "Ce sera le grand échec de François Hollande", note Alba Ventura Crédit Image : TAVERNIER-POOL/SIPA | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Échec sur toute la ligne en terme d'emploi des jeunes. Le dernier rapport de la Cour des comptes est consternant : malgré tous les dispositifs mis en place, le chômage des jeunes reste vertigineux. C'était pourtant la grande promesse de François Hollande. Et ce sera son grand échec. Lui qui avait, lors de son discours du Bourget, lancé à ses électeurs : "C'est pour la jeunesse de notre pays que je veux présider la France". C'était prometteur.

En même temps, il n'est pas le seul à avoir fait de la jeunesse sa priorité. Tous les futurs présidents cèdent à cette facilité. Parce que la jeunesse, vous comprenez, c'est l'espoir, c'est l'avenir. C'est au nom de cette jeunesse que l'on empile dispositifs sur dispositifs. À ce titre, le quinquennat de François Hollande n'aura pas mégoté : emplois aidés, contrat de génération, garantie logement, garantie jeune, encadrement des stages, prime d'activité, droit au retour à la formation, service civique. Et on en passe. En tout, une vingtaine de dispositifs qui coûtent une fortune : 10 milliards d'euros par an.

On préfère shooter la jeunesse aux emplois aidés plutôt que développer l'apprentissage et la formation

Alba Ventura
Partager la citation

Comme si le rapport de la Cour de comptes ne suffisait pas, un autre rapport a été publié jeudi 6 octobre. Selon l'OCDE, sur trente-quatre pays, la France est le seul où le taux de jeunes sans emploi et sans formation n'a pas reculé depuis 2013. Le résultat, c'est qu'un jeune sur quatre en France est au chômage (25% des moins de 25 ans), alors que c'est 7% en Allemagne et 13% en Grande-Bretagne.

En France, on préfère shooter la jeunesse aux emplois aidés, au traitement social du chômage, plutôt que développer l'apprentissage et la formation et se concentrer sur l'école. Où en est-on des décrocheurs ? Il y en avait 150.000, et on devait diviser par deux leur nombre. Ils sont encore 110.000. Plutôt que de déverser des milliards dans les emplois aidés, ne vaudrait-il pas mieux investir dans les écoles de la deuxième chance ?

À lire aussi
emploi
Sanofi : 400 postes menacés dans la recherche et développement

Où en est-on des apprentis ? On a deux fois moins d'apprentis que les Anglais, trois fois moins que les Allemands. Pourquoi ne parvient-on pas à valoriser cette filière ? Pourquoi s'accroche-t-on toujours à cet objectif de 80 ou 85% de bacheliers qui n'a fait, au fond, que négliger l'objectif de développer l'apprentissage et autres formations professionalisantes.

La gauche peut bien croire que la jeunesse c'est son affaire. La rupture est consommée. Aux dernières régionales, trois jeunes sur quatre se sont abstenus. Quant à ceux qui votent, un tiers des 18/30 ans choisissent désormais le Front national.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Travail Social
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants