1 min de lecture Manifestations

"Emmanuel Macron, c'est un agent double", ironise Olivier Besancenot sur RTL

INVITÉ RTL - Le porte-parole du NPA estime que le président de la République, "à force de taper sur tout le monde", pourrait permettre la convergence des luttes.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Parcoursup : "C'est une bombe à retardement", estime Besancenot sur RTL Crédit Image : Frédéric Bukajlo / SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Claire Gaveau

La convergence des luttes, prônée notamment par la CGT, va-t-elle devenir réalité ? Si Emmanuel Macron a estimé en Conseil des ministres qu'elle n'était pas d'actualité au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation mardi 22 mai, Olivier Besancenot se montre beaucoup plus mesuré. 

Il voit même le chef de l'État comme l'un des promoteurs de cette convergence des luttes. "Il faut qu'il fasse encore un petit effort et il va y arriver. J'ai déjà dit que c'était un agent double et je le pense, ironise-t-il. Et de poursuivre : "À force de taper sur tout le monde, au même moment (...) Ça agace, ça énerve et ça peut aider dans les perspectives qui nous attendent".

L'un des chefs de file du NPA évoque le "front unitaire" qui se met en place depuis plusieurs semaines contrairement à ce qui s'était passé lors de la mobilisation contre la loi Travail. "Même si on n'est pas à la convergence ultime, les gens voient que le mouvement continue", glisse-t-il appelant alors aux retraits de la réforme de la SNCF et de Parcoursup

Emmanuel Macron doit redescendre un peu de là où il est

Olivier Besancenot
Partager la citation

S'il estime qu'Emmanuel Macron est "déterminé", Olivier Besancenot ne veut pas lâcher. "On ne fait pas ça pour le folkore, quand je vais manifester ce n'est pas pour le plaisir de marcher. Je le fais parce que j'ai des convictions. Parce que j'y crois", lance-t-il. 

À lire aussi
A Hong Kong, des policiers arrêtent des manifestants devant une université le 18 novembre 2019. , Hong Kong
À Hong Kong, la police menace d'utiliser des "balles réelles" face aux manifestants armés

Il appelle dès lors le chef de l'État à davantage de respect. Interrogé sur ce qu'il dirait à Emmanuel Macron, le leader d'extrême gauche répond : "Apprends un peu mieux à nous parler. Arrête de nous prendre de haut (...) Mais, c'est une spécificité chez lui". Avant de conclure : "Il est dans sa bulle. L'histoire de mon pays, je la connais autant que lui donc il faut qu'il redescende un peu de là où il est". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Social Olivier Besancenot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants