3 min de lecture Élections régionales

Élections régionales en PACA : Christian Estrosi, le candidat anti-Marion Maréchal-Le Pen

DÉCRYPTAGE - Candidat aux élections régionales en PACA à la demande de Nicolas Sarkozy, le maire de Nice doit empêcher la montée en puissance de l'une des figures du Front national.

Christian Estrosi est candidat aux élections régionales en PACA à la demande de Nicolas Sarkozy
Christian Estrosi est candidat aux élections régionales en PACA à la demande de Nicolas Sarkozy Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Comme prévu, la Commission nationale d'investiture de l'UMP a désigné Christian Estrosi comme tête de liste pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, jeudi 16 avril. La candidature du député-maire de Nice a été expressément demandée par Nicolas Sarkozy et annoncée le 14 avril dernier, le lendemain de l'annonce par Marion Maréchal-Le Pen de sa volonté de briguer l'investiture Front national dans cette même région en remplacement de son grand-père, Jean-Marie Le Pen.

Les responsables de l'UMP ne s'en cachent pas : la candidature de la députée du Vaucluse les embarrasse. La région PACA est l'un des objectifs du FN - la liste conduite par Jean-Marie Le Pen y a obtenu 33,21% lors des européennes de juin 2014 - et la popularité grandissante de Marion Maréchal-Le Pen sera l'un de ses principaux atouts. Ils sont mêmes plusieurs à avouer, sous couvert de l'anonymat, qu'ils auraient préféré avoir le président d'honneur du FN face à eux.

Comment lutter contre Marion Maréchal-Le Pen ?

Sur une ligne conservatrice et traditionaliste, la nièce de Marine Le Pen a tout pour séduire l'électorat frontiste de la grande région du Sud-Est, tout en ralliant à elle les hésitants, réfractaires à l'idée de voter pour Jean-Marie Le Pen, qui s'est récemment illustré par des propos polémiques dans Rivarol et sur RMC. Loin de ces provocations, celle qui n'a finalement rien d'une remplaçante - elle a toujours été la favorite de Marine Le Pen pour le scrutin de décembre - sera donc une adversaire redoutable pour Christian Estrosi.

"C'est une mini-présidentielle face à une Le Pen extrêmement dédiabolisée", avance-t-il dans Valeurs actuelles du jeudi 16 avril. Comme Xavier Bertrand en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Christian Estrosi a une mission : stopper la progression d'un FN que des victoires dans des régions de respectivement 4,9 et 6 millions d'habitants mettraient véritablement sur orbite en vue de la prochaine présidentielle, un an et demi plus tard.

Marion Maréchal-Le Pen a du talent (...) mais elle est encore en phase d'apprentissage

Christian Estrosi, dans "Valeurs actuelles"
Partager la citation
À lire aussi
Le vice-président du RN Jordan Bardella, invité du Grand Jury le 5 janvier élections régionales
Régionales : Bardella annonce sur RTL qu'il sera "probablement candidat"

"La difficulté, c'est qu'on ne peut pas aborder Marion Maréchal-Le Pen comme un candidat FN ordinaire. Elle n'a jamais eu d'attaques outrancière (...) sur quel terrain l'attaquer ?", s'inquiète Christian Estrosi. L'édile, qui considère le Front national comme "un ennemi" dispose toutefois de l'avantage de l'expérience et en est bien conscient. "J'ai débattu face à elle dans Mots croisés. Elle a du talent, elle va progresser, mais elle est encore en phase d'apprentissage. C'était beaucoup du par-cœur ou de la lecture".

Dépasser la frontière des Alpes-Maritimes

Christian Estrosi jouit également, à l'instar de sa rivale, d'une forte popularité dans le sud-est de la France. Outre Nice, dont il est le maire depuis 2008 et où il a obtenu de meilleurs scores lors de sa réélection que lors de sa première victoire (48,61% lors du second tour contre 41,33% en 2008), l'ancien ministre jouit d'une influence départementale forte. Il a d'ailleurs été président du Conseil général des Alpes-Maritimes, entre 2003 et 2008.

Reste à savoir si Christian Estrosi sera capable d'obtenir le même crédit auprès des électorats du Vaucluse et du Var, plus enclins à pencher du côté du Front national. Le jeu des sondages nationaux donne en tout cas un léger avantage à Marion Maréchal-Le Pen, dont l'exposition nationale semble meilleure. Selon le baromètre Ifop pour Paris Match du 14 avril, la députée du Vaucluse dispose de 32% d'opinions positives, contre 26% pour le maire de Nice. Le duel entre les deux stars de la droite en PACA n'en est qu'à ses prémices. Coup d'envoi officiel des hostilités dès ce vendredi 17 avril, le Bureau politique du FN devant accorder son investiture à Marion Maréchal-Le Pen.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections régionales Christian Estrosi Marion Maréchal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants