1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : le front républicain voulu par Manuel Valls fait l'unanimité contre lui
1 min de lecture

Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : le front républicain voulu par Manuel Valls fait l'unanimité contre lui

REPLAY / RÉACTIONS - Xavier Bertrand ne veut pas entendre parler d'une possible union avec le PS pour le second tour. Les candidats de gauche sont également embarrassés par les déclarations du Premier ministre.

Le Premier ministre Manuel Valls le 30 août à l'université d'été du PS à la Rochelle.
Le Premier ministre Manuel Valls le 30 août à l'université d'été du PS à la Rochelle.
Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Élections régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : Manuel Valls veut un Front républicain
00:01:47
Vincent Derosier & Geoffroy Lang

La stratégie à adopter face au Front national dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie divise à gauche. Le Premier ministre a mis les candidats socialistes dans l'embarras en appelant à une fusion des listes PS et LR dans l'entre-deux tour pour faire barrage à Marine Le Pen. Les derniers sondages donnent une avance confortable à la présidente du Front national au second tour avec 35% à 42% des voix.

Si Manuel Valls veut pousser la droite à avoir ce débat sur le FN, Xavier Bertrand écarte le sujet d'un revers de la main et refuse à nouveau tout accord avec le PS. "Le cirque entre socialistes, ce n'est pas mon problème. Moi je suis le seul qui peux gagner face à Marine Le Pen, donc moi ça sera même liste et même projet", s'est agacé le candidat LR. 

Manuel Valls agace à gauche

Les sorties du Premier ministre ne font pas l'unanimité à gauche non plus. François Hollande refuse d'aborder le sujet avant le premier tour et Martine Aubry a piqué une colère sur le sujet. Les candidats socialistes se disent exaspérés par ces petites phrases lâchées depuis Paris. "C'est une question qui ne se posera pas en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Nous serons en situations de pouvoir donner des perspectives à notre région et d'éviter le pire", préfère croire Frédéric Cuvillier, tête de liste socialiste dans le Pas-de-Calais.

La proposition de Manuel Valls fait l'unanimité contre elle mais peut-être n'est-elle pas aussi téméraire ou naïve qu'on pourrait le croire. Le Premier ministre est peut-être en train de préparer son camp à la seule solution envisageable au lendemain du premier tour : un retrait des listes en cas de mauvais score le 6 décembre.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.